Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES COUPE DE FRANCE FEMININE : L’AVENTURE S’ACHEVE A ST-NICOLAS

ECHOS DES STADES COUPE DE FRANCE FEMININE : L’AVENTURE S’ACHEVE A ST-NICOLAS

Publié le 11 janvier 2018 par

ECHOS DES STADES  COUPE DE FRANCE FEMININE : L’AVENTURE S’ACHEVE A ST-NICOLAS

Poitiers 3 Cités a eu la visite de Rennes-Brequigny pour disputer le 32è de finale de la Coupe de France Féminine. Au bout d’un match acharné, les deux équipes évoluant en R1 se sont séparées au score d'un but partout. Mais après les épreuves de penalties, ce sont les Rennaises qui se sont qualifiées en 16è de finale. Ce n’est pas tant que Poitiers 3 Cités n'a rien montré. Simplement, les Poitevines qu’on a vu jouer ce dimanche 7 Janvier sur le synthétique de St-Nicolas à Poitiers ont manqué de dynamisme, voire de réalisme. Les Rennaises plus pugnaces dans les duels méritent leur passeport au prochain tour de cette coupe.

         Pour ce match de prestige, le coach Aziz Masrour a eu un large panel en joueuses dans son écurie : gardienne (Karen Lhommedet), défenseures (Karine Prévost, Adeline Baronnet, Fiona Oswald, Nadège Raboisson), milieu de terrain (Cyndie Ballu, Célie Gautier, Mathylde Allais, Imane Ettayb), attaquantes (Tiphaine Chaigneau, Orane Croizard), remplaçantes (Angélique Chaigneault, Marion Pothin, Djenaba Camara, Félicie Priou). Pluie fine, vent et froid ont fait bon ménage et constitué le micro-climat du stade St-Nicolas. Côté public, les gradins ont été en grande partie occupés, en plus de petits îlots de spectateurs accoudés aux mains courantes ou agglutinés autour de la buvette, bravant tous la météo. Malgré le temps, l'ambiance a été agréable pour un match annoncé à renfort de publicité dans la presse locale et sur les réseaux sociaux. Avec un animateur répondant au nom de «GéGé», tout a été parfait pour détendre l'atmosphère. Le match s'est déroulé sous l'égide de Christian Savigny, un délégué très pointilleux. Et plusieurs notables, dont le Député Sacha Houlié, n'ont pas manqué à cette fête faisant aussi la promotion du foot féminin.

         A exactement 1 minute et 20 secondes après le coup de sifflet inaugural de Madame l'Arbitre, les Rennaises ont eu une belle occasion d'ouvrir le score. Heureusement pour Poitiers 3 Cités, le ballon est passé au-dessus de la cage de Karen Lhommedet. Les Poitevines timides ou peut-être impressionnées par l'enjeu du match, n'ont su comment gérer ces premières minutes. Si bien qu'à la 4è minute, Rennes-Brequigny a marqué un but, suite à une mauvaise passe en retrait et peu appuyée de Célie Gautier. Une attaquante rennaise partie en course folle n'a pas tremblé pour crucifier Karen Lhommedet. Poitiers 3 Cités a repris ses esprits et ordonné son jeu devenant un peu plus cohérent. A la 14è minute, les Poitevines auraient même pu égaliser avec le coup franc d'Adeline Baronnet. Car si le ballon n'avait pas essuyé la barre transversale, la gardienne bretonne n'aurait pas réussi à le capter ni à le dévier de sa trajectoire.   

         Vers la 20è minute, le match s'est presque équilibré entre Rennaises et Poitevines. Malgré tout, les Bretonnes sont restées dangereuses. Poitiers 3 Cités a lancé quelques attaques, notamment par Tiphaine Chaigneau, Imane Ettayb, Célie Gautier et Orane Croizard, sans trop inquiéter une gardienne adverse ferme dans ses prises de balle. A la 25è minute, Orane Croizard aurait même pu égaliser si elle n'était pas allée buter sur une gardienne toujours impériale. Les agacements poitevins ont été perceptibles, en face des Bretonnes défendant leur petite avance et bien décidées de se mettre un peu plus à l'abri par un autre but. A la 39è minute, Imane Ettayb a écopé d'un carton jaune pour un tacle dangereux. Et ne sachant toujours comment s'en sortir, les Poitevines ont couru en vain derrière l'égalisation, jusqu'à la pause.

         Sorties des vestiaires, les Bretonnes trop optimistes et avides de vite en découdre se sont arrimées sur le synthétique plusieurs minutes avant les Poitevines et les Officiels. A la reprise du match, les visiteuses ont foncé, sans toutefois impressionner des Poitevines déjà averties. D'ailleurs de temps à autre, quelques éclaircies ont illuminé le jeu poitevin. Malheureusement de nombreuses pertes de balle et des passes mal exécutées, surtout les dernières, ont retardé l'égalisation attendue de pied ferme par des supporters poitevins chauffés à blanc. A la 65è minute, Tiphaine Chaigneau a été remplacée par Angélique Chaigneault. En dépit du changement des «Chaigneaux», Rennes-Bréquigny a continué d'avoir la maîtrise du jeu, sans concrétiser ses attaques. Il aura fallu Fiona Oswald, Adeline Baronnet et la Capitaine Nadège Raboisson comme repoussoirs des Bretonnes déménageant surtout par les ailes. Et pourtant à la 80è minute, Karen Lhommedet s'est déployée, sauvant en deux temps un ballon prêt à prendre place au fond des filets.

         Karine Prévost éprouvé par des courses incessantes et par la rapidité des attaquantes rennaises a été sortie à la 83è minute, remplacée par Djenaba Camara. Et rien n'a changé au jeu des Poitevines ne mesurant pas réellement leur retard à cette période du match. Elles ont joué comme si elles menaient au score, par un jeu dans un mouchoir de poche et des pertes de balles considérables. Ce n'est qu'à partir des ballons en profondeur dont Fiona Oswald et Adeline Baronnet en font leur friandise, que l'inespéré est arrivé. A la 91è minute, alors que quiconque aurait parié le match plié, Poitiers 3 Cités a égalisé. C'est venu d'une longue passe de Fiona Oswald trouvant Angélique Chaigneault. Celle-ci sans tergiverser, a lancé le ballon dans le tas. Ensuite Célie Gautier aux aguets a court-circuité la gardienne bretonne en mettant le ballon dedans. Célie Gautier a en quelque sorte réparé sa faute, car le but rennais est venu de son erreur. La clameur des supporters poitevins serait entendu des passagers du LGV passant à quelques centaines de mètres du stade. De vieux «Vouvouzelas» sont même sortis pour faire entendre leurs sons. L'espoir renaissant du côté poitevin, c'est Rennes-Bréquigny qui a connu le désespoir. Poitiers 3 Cités a eu ses chances d'inscrire un autre but. C'était trop tard. Car l'égalisation poitevine devait intervenir plusieurs dizaines de minutes avant pour booster le mental. A la fin du match sifflée par Mme l'Arbitre, la joie a été indescriptible dans le camp poitevin. Pour autant, la qualification n'a pas été encore acquise.

         A cette coupe, il n'y a pas eu de prolongations. Il a donc fallu départager les deux équipes par la terrible épreuve des penalties. Rennes-Brequigny a réussi tous ses tirs. Du côté de Poitiers 3 Cités, Imane Ettayb la première à tirer a manqué le cadre. Karen Lhommedet a failli détourner le dernier tir rennais pouvant faire durer le suspense. Cette épreuve des tirs aux buts étant aléatoire et les chances de chaque équipe sur le fil du rasoir, c'est donc Rennes-Bréquigny qui s'est qualifié au 16è de finale de la Coupe de France Féminine.

         Poitiers 3 Cités a été sorti de la Coupe de France Féminine. Et la déception reste immense. Si les Poitevines n'avaient pas l'ambition d'aller en finale de cette coupe, un petit tour en 16è de finale valait bien le détour pour espérer recevoir une grosse cylindrée dans la cité pictave, comme ce fut le cas contre les Girondines de Bordeaux la saison passée. Il ne reste pas moins que les erreurs observées au cours de ce match devraient être mises à profit en vue de la poursuite du championnat. La balle est dans le camp d'Aziz Masrour et ses joueuses.

 

8 Janvier 2018

Gaspard NTSIKA

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.