Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES COUPE NOUVELLE AQUITAINE : VICTOIRE AU FORCEPS
< | >

ECHOS DES STADES COUPE NOUVELLE AQUITAINE : VICTOIRE AU FORCEPS

Publié le 27 septembre 2017 par

ECHOS DES STADES  COUPE NOUVELLE AQUITAINE : VICTOIRE AU FORCEPS

         Poitiers 3 Cités a fait son entrée en Coupe Nouvelle Aquitaine à Coulonges-Thouarsais. Bien qu'ils aient gagné de justesse par 4 buts à 3, les Poitevins des 3 Cités en R4 (PL) ont souffert devant une formation de Départemental (2è division). C’est donc dans la douleur qu'ils se sont qualifiés au prochain tour de cette coupe. Coulonges-Thouarsais aurait pu gagner haut la main ce match, car il a dominé de la tête aux pieds pendant une longue période. Mais cette équipe héroïque a craqué et rendu l'âme dans les quinze dernières minutes. Autopsie d'une victoire au forceps.

         L'équipe de Poitiers 3 Cités a renfermé les joueurs suivants : gardien (Sacha Bonnet), défenseurs (Saindou Inzouddine, Donald Sahui, Kivin Al Zihairi), milieu (Younès Ghazzaf, Julien N'Da, Zaïdou Baou, Roland Kabongo, Sourakhata Dembélé), attanquants (Mistoihi Mhadji, Aimar Houmadi), remplaçants (Assane Sow, Erick Mpambi, Abdoul Guirassy). Ce dimanche 24 Septembre à Coulonges-Thouarsais, c'était presque la fête au village. Le stade de modeste taille bâti à la lisière d'un bocage, a accueilli un public joyeux. Y compris quelques brebis galeuses.

         Après le coup de sifflet arbitral, Poitiers 3 Cités a été cueilli à froid : Coulonges a marqué un but à la 12è seconde. Telles des bêtes surprises par un feu de brousse, les Poitevins ont accusé le coup et revu à la baisse le degré de leur complexe de supériorité. Mais tant que ce n'était qu'un début, l'espoir était toujours permis. Et la bataille a ainsi été engagée. Au cours d'un duel dans les airs, Sourakhata Dembélé s'est blessé à l'arcade sourcilière gauche, à la 11è minute. Assane Sow l'a remplacé. L'égalisation poitevine est venue à la 16è minute, par Younès Ghazzaf après une passe de Julien N'Da. Cette égalisation n'aura été qu'une joie passagère des Poitevins, car Coulonges a marqué un 2è  but à la 19è minute. Si le premier but coulongeois est imputable à un manque de concentration des Poitevins, le second a décelé des faiblesses dans la défense poitevine.

         Pendant une grande partie de cette première mi-temps, Poitiers 3 Cités a couru derrière le ballon et l'égalisation. Certes il y'a eu quelques pénétrations poitevines dans le camp adverse, mais elles ont été molles et n'ont pas suffi à vaincre la garde coulongeoise. Brouillons et maladroits, les Poitevins se sont presque réduits à des «zombis». Au contraire, les Deux-Sévriens ont été les plus offensifs, les plus hardis et les plus coordonnés, bravant une défense adverse au bord de la rupture. A la 41è minute, Coulonges a même marqué un but, mais annulé pour faute d'un attaquant coulongeois. On s'est acheminé vers la mi-temps sans voir une réaction et une fierté poitevines. Coulonges-Thouarsais a gardé son avantage au tableau d'affichage avant le retour aux vestiaires.

         Le début de la deuxième mi-temps a presque ressemblé à la première. Coulonges dopé par son avance et sa domination a marqué un 3è but à la 50è minute, face au jeune Sacha Bonnet ne sachant que faire de ses défenseurs fautifs. Face à cette démonstration effrontée des Coulongeois, le coach Simon Faye s'est adonné au SUDOKU, un casse-tête pour espérer amoindrir les ardeurs de l'équipe locale. A la 60è minute, Younès Ghazzaf et Zaïdou Baou sont sortis ; Abdoul Guirassy et Sourakhata Dembélé sont entrés. Ce dernier à l'arcade bandée tel un «mutilé de guerre», a retrouvé la pelouse sans doute avec l'intention de bien jouer et aussi de se venger. On l'a alors vu déployer son jeu, oubliant sa blessure et faisant voir de toutes les couleurs aux défenseurs adverses. A la 68è minute, un penalty a été sifflé en faveur de Poitiers 3 Cités, pour une faute sur un Dembélé déchaîné. Aimar Houmadi s'est chargé de réduire le score et donc de marquer le 2è but de son équipe.

         A la 71è minute, Julien N'Da et Misto Mhadji ont cédé leurs places à Zaïdou Baou et Younès Ghazzaf. Poitiers 3 Cités auparavant brouillon a semblé reprendre du poil de la bête. Les attaquants poitevins ont mis à rude épreuve les défenseurs adverses par une pression permanente. C'est grâce à une action de harcèlement poitevine qu'un défenseur de Coulonges a marqué le 3è but poitevin, contre son camp à la 76è minute. D'une belle tête, il a lobé son propre gardien et fait le bonheur de Poitiers 3 Cités. Avant ce but égalisateur, Coulonges avait auparavant perdu de son superbe. Sans doute par la fatigue cumulée après tant d'efforts.

         Pour ne pas arriver aux dures épreuves de penalties, puisqu'il n'y aurait pas de prolongations, Poitiers 3 Cités a retrouvé de l'énergie face à un adversaire diminué et doutant de plus en plus. On aura même vu un Baou Zaïdou époustouflant faire un grand numéro : il a éliminé un par un des Coulongeois comme des mouches, du rond central jusqu'à la surface de réparation. A la manière d'un individu passant entre les gouttes de pluie. Mais Zaïdou Baou n'a pu conclure, car au bout du rouleau et arrêté par le géant défenseur central à la carrure de «Hulk». A la 89è minute, sortie de Younès Ghazzaf et entrée de Julien N'Da. Peu après, Poitiers 3 Cités a obtenu un coup franc intéressant à la 91è minute. Kivin Al Zihairi s'est chargé de l'exécuter. Son tir a trouvé Aimar Houmadi qui a repris. Le ballon contré par la défense adverse est revenu dans les pieds de Roland Kabongo. Et le coach-joueur a  d'un tir envoyé la boule dans le petit filet intérieur : «Ekoti !» (c'est rentré). Avec ce 4è but, la liesse s'est emparée du camp poitevin. Mais Coulonges n'avait pas encore dit son dernier mot. Car en comptant sur les cinq minutes supplémentaires dues en partie à la blessure de Dembélé, tout pouvait basculer face à une équipe blessée devant son public.

         Lorsque l'arbitre assez paternaliste a donné le dernier coup de sifflet, son premier geste a été de s'enquérir de l'état de santé de Dembélé. Puis au regard des visages, personne dans le bourg n'aurait pensé que la victoire échapperait à l'équipe locale, compte tenu de sa performance. Les Coulongeois dominateurs sur une grande partie du match ont sombré dans les 15 dernières minutes, trahis par leur fatigue. Le déclic pour Poitiers 3 Cités a été le but égalisateur de Coulonges contre son camp. Ayant débuté le match la fleur au bout du fusil et gonflé par un complexe de supériorité, les Poitevins ont frôlé la correction et l'humiliation en rase campagne. Bravo à l'équipe de Coulonges-Thouarsais et Bonne chance à ces braves joueurs au cours de leur championnat. Quant à Poitiers 3 Cités, des leçons doivent être tirées une fois pour toutes. Car tout match devrait être pris au sérieux, préparé et joué dans les règles de l'art. Et ce match de Coupe Nouvelle Aquitaine vaudra sans doute un avertissement pour les échéances futures, surtout en championnat où on est le plus attendu.

25 Septembre 2017

Gaspard NTSIKA

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Participer au site : news photo video
avatar Se connecter