Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES DERBY DU CLAIN : NOUVELLE VICTOIRE SUR ST-BENOIT
< | >

ECHOS DES STADES DERBY DU CLAIN : NOUVELLE VICTOIRE SUR ST-BENOIT

Publié le 28 mars 2018 par

ECHOS DES STADES  DERBY DU CLAIN : NOUVELLE VICTOIRE SUR ST-BENOIT

Le derby entre St-Benoît et Poitiers 3 Cités a toujours été l’un des plus palpitants au bord du Clain. Clubs riverains, leur confrontation a souvent tourné en rivalité des «frères ennemis». On se rappelle qu’au match aller de ce championnat R4 Nouvelle-Aquitaine, Poitiers 3 Cités avait traversé le Clain et gagné à la Varenne par 2 buts à 1. Cette défaite avait été mal vécue sur la rive gauche du Clain. Ce dimanche 25 Mars, les Sancto-Bénédictins ont accosté en grande pompe au stade Gaboreau pour espérer prendre leur revanche. Mais la désillusion a été totale, puisque c’est Poitiers 3 Cités qui a de nouveau gagné, cette fois au score de 3 buts à 0. Avant ce match, les langues se sont délectées sur les berges de la rivière, voire des deux côtés de la Rocade. Pour une veillée d’armes, chaque formation a préparé de façon minutieuse ce rendez-vous. A la fin d’un match animé, ce sont donc les Poitevins qui ont eu raison des Sancto-Bénédictins pour le leadership micro-régional.

         Pour ce derby de prestige, Poitiers 3 Cités a compté sur les joueurs suivants : gardien (Sourakhata Dembelé), défenseurs (Saindou Inzouddine, Donald Sahui, Assane Sow, Kivin Al Zihairi), milieu de terrain (Théo Kotri, Zaïdou Baou, Roland Kabongo), attaquants (Omar Chaibi, Haïk Khodedanian, Facinet Soumah), remplaçants (Younès Ghazzaf, Erick Mpambi). Le temps a été superbe au stade Gaboreau. Les rayons de soleil de ces derniers jours ont asséché le terrain et le rendre agréable à jouer. En dépit d’une heure de sommeil en moins (passage à l’heure d’été oblige), le public a été prompt et dense. Les supporters de St-Benoît sont venus en masse. De toutes les façons, même en pirogue ils auraient ramé, pour ne pas rater ce derby des voisins les plus proches.

         A peine le match a-t-il commencé que les Poitevins ont mis le pied sur le champignon. Le temps de latence avant l’ouverture réelle des hostilités a été un peu plus long qu’attendu. C’est à la 8è minute que Facinet Soumah a frappé : il a marqué un but de la tête après le corner tiré par Zaïdou Baou. Heureux comme un prince, le butteur a fait un double salto spectaculaire pour exprimer sa joie. Dans la foulée de ce but, les Poitevins ont mis les bouchées doubles. Ainsi à la 11è minute, Roland Kabongo aurait pu faire l’addition. Malheureusement son ballon frappé de la tête après le coup franc de Zaïdou Baou est passé de peu au-dessus de la barre. La réussite est venue à la 16è minute. En effet Théo Kotri, d’un coup de tête fulgurant a enfoncé le clou en marquant le 2è but. Le ballon lui a été expédié comme à la Poste par Kivin Al Zihairi par un coup franc à valeur de «Colissimo».

         Euphoriques, les Poitevins ont eu de l’emprise sur le match et voulu en découdre tout de suite. Mais ils n’ont pas pu le faire, compte tenu de quelques maladresses. Quant aux Sancto-Bénédictins, ils ont peiné et ne se sont même pas trop rapprochés de la cage de Sourakhata Dembelé. D’ailleurs comment pouvaient-ils oser face à un maître de cérémonie nommé Kivin Al Zihairi bien entouré par ses compères de la défense ? Pendant longtemps, les Poitevins ont multiplié les occasions, sans marquer d’autre but. Comme à la 26è minute où Zaïdou Baou ayant pourtant éliminé de ses dribbles enfiévrés les derniers défenseurs verts, il n’a pu bien ajuster son tir face au gardien adverse. C’est également le cas à la 39è minute avec l’occasion d’Haïk Khodedanian où il est allé buter sur le gardien d’en-face, après une passe merveilleuse de Facinet Soumah.

         C’est vers la 40è minute que St-Benoît a semblé se réveiller, en se montrant un peu plus pugnace et audacieux. A la 42è minute, par un tir bien inspiré du n°9, Dembelé s’est déployé verticalement pour détourner le ballon en corner. Si les Sancto-Bénédictins avaient concrétisé cette occasion, sans doute qu’ils auraient un autre mental pour faire douter les Poitevins et entrevoir la suite du match sous de meilleurs auspices. Vaille que vaille, ils ont continué de prendre le dessus jusqu’à la mi-temps. Sans doute que chaque coach a eu une batterie de conseils pour recharger le moral de ses troupes.

         On ne saurait dire quelle messe le coach Greg Ruiz a célébré dans sa chapelle sancto-bénédictine pour motiver ses ouailles. Du côté poitevin, il est sûr que le coach Roland Kabongo a d’abord mis en garde ses joueurs contre tout triomphalisme avant l’heure, d’autant que St-Benoît n’avait pas encore dit son «Amen». Deux minutes après la reprise, les Poitevins ayant «téléchargé» les conseils de leur coach se sont mis à pied d’œuvre. D’un centre de Théo Kotri, Erick Mpambi alias «Cavani» a dévié le ballon de la tête, ratant de peu la cible. A la 53è minute, Haïk Khodedanian a été remplacé par Younès Ghazzaf. Et à la 59è minute, Facinet Soumah sorti entre-temps après une blessure à la cheville droite ayant occasionné un carton jaune d’un vert, a remplacé Omar Chaibi.

         Ensuite pendant environ une dizaine de minutes, Poitiers 3 Cités a baissé d’un cran, avec des pertes de balles et un manque de vivacité palpable. Au contraire, St-Benoît a repris du poil de la bête et enchaîné des attaques. Mais les joueurs de vert vêtus ont été vraiment maladroits. Sans compter sur Dembelé, un épouvantail les faisant voir de toutes les couleurs. A ce moment du match, Gregory Ruiz a failli s’arracher les cheveux de sa tête, tant les occasions de son équipe ont été innombrables. Ce n’est pas sans raison qu’il a livré presque toutes ses cartouches et sorti ses «jokers», en multipliant les changements avec une pléiade de joueurs comme sortis de nulle part. C’est le cas à la 65è minute où Moïse Luscap, transfuge poitevin passé de l’autre côté de la rivière, est entré peut-être en «sauveur». Il a été tout de suite pris en charge, notamment par Assane Sow et Zaïdou Baou connaissant ses points forts et ses points faibles. Evitant le périmètre de Boli Inzouddine et Zaza Sahui dont il se souvient de la coriacité, Moïse Luscap n’a donc pu décaper et lustrer son beau jeu connu et reconnu.

         Après le quart d’heure de St-Benoît, Poitiers 3 Cités a repris la maîtrise du jeu. A l’instar du coach Greg Ruiz, le coach poitevin Simon Faye a lui aussi rabattu ses cartes en procédant à quelques changements. A la 75è minute, sortie de Théo Kotri et entrée d’Haïk Khodedanian. Entrée d’Omar Chaibi et sortie d’Erick Mpambi à la 81è minute. Puis à la 85è minute, Théo Kotri ayant retrouvé son calme et ses esprits est entré à la place de Zaïdou Baou. Tant qu’il y’avait encore des minutes de jeu, St-Benoît pouvait toujours croire en son étoile. Alors, les Verts se sont livrés à corps et âme, pour espérer réduire le score. Puis mieux «si affinité». Mais inexorablement, la maladresse a été leur moindre défaut. Sans compter sur un gardien adverse leur donnant du fil à retordre.

         C’est à la 88è minute que St-Benoît a compris que tout était perdu. Omar Chaibi épinglé après le match aller comme la «bête noire» à surveiller de près, a marqué le 3è but poitevin. D’un centre d’une précision «chirurgicale» de Facinet Soumah, Omar a «tué» et «carbonisé» St-Benoît, en glissant le ballon d’un plat de pied magistral au fond des filets. Son compteur en buts bloqué depuis belle lurette, ce but a dû faire du bien dans la tête de ce «titi» du quartier. Après son exploit, il a d’abord fait un geste en direction de sa famille perchée sur le talus, avant d’être auréolé de félicitations par ses coéquipiers. Pendant les dernières minutes du match, Poitiers 3 Cités n’a fait que gérer les «affaires courantes». Et aucun espace n’a été laissé à St-Benoît pour se parfaire et sauver son honneur, jusqu’au dernier coup de sifflet.

         Poitiers 3 Cités a de nouveau gagné ce derby contre St-Benoît par 3 buts à 0. Ce sont des points précieux pris au détriment des rivaux et riverains du Clain. Face à un championnat au devenir encore incertain pour chaque équipe en présence, le sentimentalisme n’a donc pas été de mise de part et d’autre. Cependant, il serait souhaitable que Poitiers 3 Cités et St-Benoît se sauvent de la relégation, pour nous offrir à nouveau ce genre de derbys au bord du Clain. A la condition qu’ils se retrouvent dans la même poule. Bon vent aux deux équipes dont on ne souhaite que des victoires, rien que des victoires car rien n’est encore perdu. Pour Poitiers 3 Cités, la victoire a été célébrée avec faste dans le vestiaire où on a une nouvelle fois chanté à domicile «Et un et deux et 3 Cités !».

26 Mars 2018

Gaspard NTSIKA

Partager sur

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Participer au site : news photo video
avatar Se connecter