Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES DERBYS GAGNANTS AU BORD DU CLAIN

ECHOS DES STADES DERBYS GAGNANTS AU BORD DU CLAIN

Publié le 29 novembre 2017 par

ECHOS DES STADES  DERBYS GAGNANTS AU BORD DU CLAIN

Il y a des fins de semaine où on a l’impression que le bonheur n’appartient qu’à Poitiers 3 Cités. En faisant abstraction des jeunes U14 régionaux accrochés à St-Yrieix, tout a été presque parfait ce week-end. D'abord, les Féminines 1 ont réalisé une belle opération en allant battre Soyaux 2 par 2 buts à 1. Le plaisir à domicile est venu d'abord des jeunes U10-13 féminines ayant battu La Chapelle-Bâton par 6 buts à 0. Puis des matchs remportés par les deux premières équipes masculines, dans des derbys fratricides au bord du Clain. L'équipe 2 a explosé Vouneuil-sous-Biard 2 au score sans appel de 11 buts à 0. L'équipe 1 est venue à bout de St-Benoît à La Varenne, par 2 buts à 1. C'est parce que ces deux derbys gagnés ont réchauffé le cœur à Poitiers 3 Cités qu'il a fallu placer deux loupes.

DERBY DU CLAIN, ACTE 1

         Dans le cadre du championnat Nouvelle Aquitaine de R4, poule C, Poitiers 3 Cités a traversé le Clain à la rencontre de St-Benoît. A la fin d'un derby très disputé par les deux équipes, c'est Poitiers 3 Cités qui l'a emporté au score de 2 buts à 1. Outre la nécessité pour chaque formation de grappiller des points, le match a eu une portée psychologique particulière, d'autant que les deux clubs sont si proches et n'ont pour frontière naturelle que le Clain : les joueurs et dirigeants se connaissent et s'estiment bien.

         L'équipe poitevine a été composée de joueurs suivants : gardien (Abdelali Bouzekry), défenseurs (Saindou Inzouddine, Donald Sahui, Assane Sow, Théo Kotri), milieu de terrain (Hedi Lemerle-Medjebeur, Zaïdou Baou, Sourakhata Dembelé, Roland Kabongo), attaquants (Omar Chaibi, Erick Mpambi), remplaçants (Kivin Al Zihairi, Aimar Houmadi, Younès Ghazzaf). Il a fait froid au bord du Clain ce samedi soir du 25 Novembre. Malgré l'aléa météorologique, des supporters poitevins n'ont pas rechigné d'aller encourager leurs joueurs. Même si c'était en pirogue, ils débarqueraient à la Varenne pour ne pas rater ce match entre voisins. Quant aux supporters sancto-bénédictins, ils ont été en plus grand nombre et de plus en fanfare. L'ambiance a été électrique, digne d'un derby des plus proches riverains du Clain rivalisant pour le leadership dans cette contrée.

         Le match a commencé avec un petit retard lié à un incident technique de la tablette FFF. Sitôt la solution trouvée, les deux équipes se sont livrées corps et âmes perdus. St-Benoît a commencé fort comme pour impressionner les visiteurs. Le leurre n'a pas duré une éternité, car les Poitevins ont pris la mesure du problème. Par des attaques incisives, ils ont fait douter les joueurs de la rive gauche du Clain. Ce n'est pas sans raison qu'à la 18è minute, Sourakhata Dembelé a crucifié d'un but les Sancto-bénédictins, après une passe de Zaïdou Baou. St-Benoît a vite réagi, en développant un jeu coordonné. A la faveur d'une faute futile de Boli Inzouddine, les Sancto-bénédictins ont obtenu un coup franc intéressant. Le ballon tiré a été capté par Abdelali Bouzekry, mais il l'a relâché. Un renard vert à l'odeur alléchée en a tiré profit, prolongeant le ballon au fond des filets et permettant à St-Benoît  d'égaliser. Le doute a été alors du côté de Poitiers 3 Cités.

         Sur le bord du terrain, un match dans le match a eu lieu. Le sourire du coach Greg Ruiz de St-Benoît a été enjoliveur et a eu de quoi énerver son homologue poitevin. En outre dans son rectangle technique, le coach Simon Faye a fait les cent pas tel un lion de la Téranga en cage, épiant son homologue enthousiaste d'en face. Malgré les simagrées et autres gesticulations des deux coachs quelques années auparavant en odeur de sainteté, le match a poursuivi son cours. St-Benoît a déployé du jeu, surtout en largeur, sans la moindre occasion de mettre en difficulté Abdelali Bouzekry. Au contraire, les défenseurs sancto-bénédictins ont eu du mal à juguler les percées de deux flèches poitevines. Omar Chaibi bien en verve a donné du tournis à la défense adverse. Zaïdou Baou a vraiment mystifié de ses gris-gris son vis-à-vis vert. La fin de la mi-temps a été sifflée sans qu'aucune équipe ne prenne l'avantage sur l'autre.

         A l'entame de la seconde période, Kivin Al Zihairi a pris la place du jeune Hedi Lemerle-Medjebeur. Poitiers 3 Cités a mis du jus dans son carburateur et plusieurs occasions ont été vendangées. A la 51è minute, Erick Mpambi alias «Cavani» est sorti, remplacé par Aimar Houmadi apportant encore du jus en attaque. Pendant plusieurs minutes, St-Benoît a été à la peine, subissant plusieurs assauts poitevins. Malgré les encouragements du plus audible des supporters sancto-bénédictins ayant l'avantage d'avoir un micro, rien n'y a fait. A la 53è minute, Poitiers 3 Cités a marqué un second but par Zaïdou Baou. Infiltré comme un microbe dans la défense verte, il a placé un tir vicieux trompant la vigilance du gardien adverse. Les joueurs et supporters poitevins ont été euphoriques, et St-Benoît a logiquement accusé le coup de massue. Dans son élan dominateur, Poitiers 3 Cités a marqué un but peu de minutes après, mais il a été invalidé pour un hors-jeu discutable. L'arbitrage n'a pas semblé favorable à Poitiers 3 Cités, avec des erreurs grotesques. Et le public ne s'y est pas trompé.

         A la 75è minute, sortie de Dembélé Sourakhata et entrée de Hedi Lemerle-Medjebeur. Pendant longtemps, St-Benoît a couru derrière l'égalisation, sans y parvenir. D'ailleurs, comment pouvait-il faire face au géant Théo Kotri dégoûtant tout attaquant vert. C'est à ce moment houleux où St-Benoît a voulu forcer le destin que Donald Sahui le capitaine poitevin a été tétanisé par une crampe généralisée des deux membres inférieurs. On a entendu sa désespérance de ne pas continuer ce match, tout en maudissant les mauvais génies de la Varenne. Il a été remplacé par Younès Ghazzaf. Le «Ghazzaf» a bien occupé son rôle et neutralisé Moïse Luscap, néo-sancto-bénédictin et transfuge de Poitiers 3 Cités qu'il connaît à merveille. Celui-ci aurait évité l'espace où a rodé Boli Inzouddine.

         Pendant les dix dernières minutes, Poitiers 3 Cités a subi la pression de St-Benoît et s'est contenté de défendre son camp et son avance. Le coach Simon Faye a été obligé par l'arbitre de touche visiblement énervé, d'aller derrière les mains courantes. Le coach a retenu son calme et surtout son souffle, jusqu'à la dernière seconde accordée par l'arbitre central. Lorsque la fin du match a été sifflée, le tout Poitiers 3 Cités à la Varenne a exulté. St-Benoît a perdu une bataille, mais pas la guerre des derbys entre deux clubs les plus proches géographiquement et partageant les berges du Clain. On suppose que St-Benoît rumine d'abord la défaite avant de penser à la revanche, de l'autre côté du Clain.

DERBY AU BORD DU CLAIN : VOUNEUIL A LA DERIVE

         Les Masculins 2 de Poitiers 3 Cités ont eu la visite de l'équipe 2 de Vouneuil-sous-Biard. Les joueurs de la vallée de Boivre ont chaviré ce dimanche 26 Novembre au stade Gaboreau. Ils ont été sévèrement battus par 11 buts à 0. C'est un match où les Poitevins se sont bien régalés et ont pris du plaisir à jouer.

         L'équipe alignée par Djelloul Houadji a renfermé les joueurs suivants : gardien (Mohamed El Goumri Kotri), défenseurs (Morad Amairia, Abdoul Guirassy, Ludwig Dechesne, Kaïssane M'Milane), milieu (Amara Sylla, Benaïcha Mostefaoui, Nasr Addine El Bouch, Mistoihi Mhaddi), attaquants (Antoissi Kabayila, Banfa Sacko), remplaçants (Ousmane Cissé, Foued Rabahi). Avant ce match, les joueurs d'Etienne Laré de l'équipe 3 ont joué en lever de rideau ; ils se sont séparés dos à dos (2-2) avec L'Espinasse qui a renfermé au moins un transfuge de Poitiers 3 Cités. Pour cela, il y a eu du monde au stade Gaboreau sous un temps où le froid a été aussi  l'une des vedettes du jour.

         Juste 1 minute et 34 secondes après le début du match, Poitiers 3 Cités a fait sensation en marquant un but. C'est Antoissi Kabayila alias «Selène» qui a prolongé le ballon au fond des filets, après une passe millimétrée de Banfa Sackho. Les Poitevins ont ensuite pris les verts de Vouneuil à la gorge. A la 9è minute Nas El Bouch a bouffé du Vouneuil avant d'inscrire le second but poitevin. Puis à la 10è minute, Antoissi Kabayila a encore frappé en marquant le 3è but : il a conclu d'une reprise le ballon apporté sur un plateau par Kaïssane M'Milane. La pénitence de Vouneui-sous-Biard a été loin d'être terminée. Car à la 13è minute, Abdoul Guirassy a marqué le 4è but. Après le corner tiré par Nas El Bouch, le ballon a flotté sans preneur ; et le soldat Guirassy en faction a fait usage du balon comme pièce d'artillerie pour le catapulter au fond des filets. Poitiers 3 Cités non rassasié a encore poussé ses attaques, sans parvenir à marquer un autre but jusqu'à la mi-temps. Mais qu'est-ce que Nas El Bouch a fait souffrir le n°2 capitaine de Vouneuil, aidé par son compère Morad Amairia, le fournisseur en munitions.

         En deuxième mi-temps, la domination de Poitiers 3 Cités n'a pas baissé d'un  iota. Mieux, les Poitevins se sont amusés et ont abusé d'une équipe de Vouneuil-sous-Biard ne sachant à quel saint se vouer. A la 56è minute, Misto Mhadji a alourdi le score en marquant le 5è but. Parti en une échappée en solitaire, il n'a laissé aucune chance au gardien adverse. A la 61è minute, Djelloul Houadji a procédé à un double changement : Kaïssane M'Milane et Amara Sylla sont sortis, Banfa Sachko et Benaïcha Mostefaoui ont pris leurs places. Et Poitiers 3 Cités est resté identique à lui-même, dominateur et parfois même un peu arrogant.

         Malgré des encouragements de pure forme du coach adverse à l'endroit de ses joueurs, peine perdue. Poitiers 3 Cités a continué de «cuisiner» du Vouneuil. Les événements se sont accélérés à un rythme infernal au détriment de Vouneuil-sous-Biard au bord de la rupture. A la 67è minute, Antoissi Kabayila a encore fait parler de lui en marquant le 7è but d'un tir dont le gardien adverse n'a pu rien faire, sauf constater le dégât. Puis à la 72è minute, le jeune Ousmane Cissé a fait un festival de dribbles entre des jambes vertes avant d'inscrire d'un tir le 8è but. L'hémorragie en buts n'a pas été pour autant jugulée par Vouneuil-sous-Biard. Car à la 76è minute, Benaïcha Mostefaoui dézoné et parti comme un éclaireur, a ouvert une brèche en marquant le 9è but par un tir foudroyant. Ensuite à la 88è minute, Abdoul Guirassy virevoltant, a marqué le 10è but à la faveur d'un cafouillage dans la surface de réparation. C'est peut-être l'homme à qui profite les cafouillages dans la surface adverse. Enfin à la 91è minute, Antoissi Kabayila d'un tir tendu n'a laissé aucune chance au gardien adverse. C'est lui qui a ouvert la vanne, et c'est encore lui qui a bouclé la séquence en buts. Le «Sélène» aura été l'homme du match marquant 5 buts à lui tout seul. S'il continuait ainsi, il est prêt de battre le record des illustres butteurs de Poitiers 3 Cités.

         Poitiers 3 Cités a donc gagné facilement ce match contre Vouneuil-sous-Biard par 11 buts à 0. Le score aurait pu être astronomique si les Poitevins n'avaient pas été généreux. Par ce match, les Poitevins ont soigné leur goal-average, car on ne sait pas comment demain sera fait. Si l'équipe d'en-face n'a pas eu assez d'étoffes pour une belle opposition, les Poitevins ont tout de même révisé et revisité les petits fondamentaux du foot, pour être armés mentalement aux prochaines échéances. Avec des héros du précédent derby et quelques supporters, ils ont tous chanté l'hymne à la victoire pour célébrer deux derbys gagnants au bord du Clain.

 

27 Novembre 2017

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.