Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES DESASTRE A ST-NICOLAS

ECHOS DES STADES DESASTRE A ST-NICOLAS

Publié le 18 janvier 2018 par

ECHOS DES STADES  DESASTRE A ST-NICOLAS

Le synthétique de St-Nicolas à Poitiers est en passe de devenir un lieu maléfique pour  Poitiers 3 Cités. Après les filles éliminées en Coupe de France, les garçons recevant Charente Limousine en championnat R4 ont aussi connu l'amertume, ce dimanche 14 Janvier. Ils ont été battus au score très salé de 8 buts à 1. Même si les péripéties du match peuvent expliquer en partie ce désastre, il faut néanmoins reconnaître que les Poitevins ont été moins bons que les Charentais leaders de la poule. Plusieurs erreurs techniques et la faiblesse mentales seraient aussi à l'origine de la débâcle poitevine. Le match étant délocalisé à St-Nicolas pour des raisons météorologiques, les régionaux ont bizarrement fait le lever de rideau du match de district (ASPTT contre Fleuré). L'interdiction de jouer sur pelouse naturelle a placé plusieurs clubs dans la galère, squattant les maigres terrains synthétiques de Grand Poitiers. Le diable a ainsi suivi Poitiers 3 Cités à St-Nicolas.

         Dans l'équipe de Poitiers 3 Cités, on a noté la participation des joueurs suivants : gardien (Norman Malot), défenseurs (Saindou Inzouddine, Younès Ghazzaf, Donald Sahui, Théo Kotri), milieu (Hedi Lemerle-Medjebeur, Zaïdou Baou, Roland Kabongo), attaquants (Sourakhata Dembélé, Omar Chaibi, Aimar Houmadi), remplaçants (Kivin Al Zihairi, Assane Sow, Erick Mpambi). Le froid a été au rendez-vous à St-Nicolas ; mais le temps a été tout de même clément pour ne pas empêcher de bien jouer au foot. Par contre, les gradins ont eu l'allure d'un désert. Les supporters poitevins ont été comptés du bout des doigts. Preuve que Poitiers 3 Cités n'a pas joué intra-muros, et s'est senti à l'extérieur.

         Pendant quelques minutes après le début du match, l'équilibre a été parfait entre les deux formations. D'ailleurs, Poitiers 3 Cités a eu un léger ascendant. Pour preuve à la 8è minute, Zaïdou Baou sur une balle en profondeur d'Omar Chaibi a raté le face à face avec le gardien charentais. La réplique charentaise ne s'est pas faite attendre longtemps, car à la 10è minute Charente Limousine a marqué son premier but. Puis à la 13è minute, un second but charentais a été inscrit, par des erreurs de marquage des Poitevins. A la 16è minute, le Capitaine poitevin Zaza Sahui a écopé d'un carton jaune, pour une faute de main banale qui n'aurait pas méritée telle sanction. Avec ses deux buts d'avance, Charente Limousine l'a joué facile et bien fait circuler le ballon.

         A la 27è minute, sortie de Dembélé Sourakhata et entrée de Kivin Al Zihairi. Poitiers 3 Cités a tout tenté pour réduire la marque. Comme par exemple à la 30è minute où la frappe de Hedi Lemerle-Medjebeur a failli faire mouche si le gardien charentais n'avait pas réalisé une parade spectaculaire. Puis à la 37è minute, ce qu'il ne fallait pas à Poitiers 3 Cités est arrivé : Zaza Sahui a été sanctionné d'un autre carton jaune, synonyme d'expulsion, après un tacle viril. Un coup de massue d'un arbitre s'apparentant au «petit Chapron rouge». On se serait demandé s'il avait un parti-pris avant ce match. Le coup franc consécutif a amené le 3è but charentais dont Norman Malot n'a pu rien faire. Un boulevard venait d'être tracé en faveur de Charente Limousine. De ce fait, les Charentais se sont même permis le luxe de marquer un 4è but à la 43è minute, juste avant la pause.

         Avant la reprise, les Poitevins à St-Nicolas et pas à Lourdes ont cru au miracle, même si cela relevait de la gageure. Dès l'entame de la seconde mi-temps, ils ont montré de belles choses, notamment par le biais d'Omar Chaibi, Dembélé Sourakhata, Hedi Lemerle-Medjebeur et Roland Kabongo. Mais la défense charentaise a été inflexible. Charente Limousine a multiplié de son côté des occasions de buts. A la 55è minute, les Charentais ont marqué un 5è but. Le coach Simon Faye dépassé par l'ampleur du désastre a procédé un double changement à la 60è minute : sortie d'Omar Chaibi et Hedi Lemerle-Medjebeur, entrée d'Aimar Houmadi et Erick Mpambi. Malgré ces changements, les Charentais ont continué de dominer outrageusement, sans doute voulant en même temps soigner leur goal-average. Ils ont marqué un 6è but à la 63è minute.

         Avant d'autres changements opérés par Simon Faye, les Poitevins se sont laissés aller à la lassitude et ont donné l'impression de baisser les bras. Contre toute attente à la 75è minute, Erick Mpambi a marqué un but d'un tir de canaille. Mais l'espoir de réduire l'écart a été gâché par le 7è but contre son camp de Boli Inzouddine, trois minutes plus tard. Désespérés et complètement déboussolés, les Poitevins ont encaissé le 8è but à la 84è minute. Dès lors tout le reste du jeu poitevin jusqu'à la fin du match n'aura été que de colmater les brèches et de limiter l'hémorragie en buts.

         Charente Limousine a confirmé son statut de leader dans cette poule R1 du championnat Nouvelle-Aquitaine en battant Poitiers 3 Cités par 8 buts à 1. Pour autant, on n'aurait pas imaginé que la victoire charentaise serait d'une telle  ampleur. Après coup on a épilogué à Poitiers 3 Cités, que si un seul but avait été marqué en première mi-temps, comme par exemple avec l'occasion de Zaïdou Baou à la 8è minute et bien d'autres plus tard, le mental des Poitevins aurait une autre dimension pour réaliser un match différent de celui qu'on a connu. Ensuite, l'arbitre du match a été d'une nuisance fétide, plaçant de facto Poitiers 3 Cités en infériorité numérique. Il n'empêche que Charente Limousine est une équipe solide qui mérite sa victoire. C'est à Poitiers 3 Cités de chercher et rechercher des voies et moyens pour d'abord se parfaire une santé mentale, ensuite d'aborder le reste de la saison de façon apaisée. Car le championnat étant un long processus, la ténacité et l'espoir doivent être de mise après ce désastre à Saint-Nicolas.

15 Janvier 2018

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.