Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES ET ENCORE DES POINTS PERDUS
< | >

ECHOS DES STADES ET ENCORE DES POINTS PERDUS

Publié le 19 avril 2018 par

ECHOS DES STADES  ET ENCORE DES POINTS PERDUS

Au moment où le championnat R4 Nouvelle-Aquitaine tire vers sa fin, Poitiers 3 Cités est en grande difficulté et voit l’espoir s’envoler. Ce week-end, les Poitevins de Poitiers 3 Cités ont fait les frais par un manque de réalisme. Car après le derby nul contre Nieuil-l’Espoir, ils sont tombés ce dimanche 15 Avril à domicile face à Limoges-Mayotte, en perdant le match par 2 buts à 0. Ce n’est pas de la faute des Maorés de Limoges eux aussi luttant pour leur survie en régional. C’est tout simplement parce que les Poitevins n’ont pas été à la hauteur d’un match précieux devant les remonter vers le sommet du classement de cette poule C. Les matchs sont désormais comptés du bout des doigts. La messe n’est pas encore dite concernant Poitiers 3 Cités. Résumé d’un match à couteaux tirés et leçons d’une défaite.

         Poitiers 3 Cités a renfermé les joueurs suivants : gardien (Sourakhata Dembelé), défenseurs (Younès Gazzaf, Saindou Inzouddine, Donald Sahui, Assane Sow), milieu (Théo Kotri, Zaïdou Baou, Roland Kabongo), attaquants (Haïk Khodedanian, Omar Chaibi, Erick Mpambi), remplaçants (Aimar Houmadi, Abdoul Guirassy, Ibrahima Camara). Le temps a été printanier au stade Gaboreau, et personne ne s’y est plaint. Le public du quartier et d’ailleurs n’a pas manqué. Patriotisme et chauvinisme obligent, Limoges-Mayotte a eu un renfort en supporters : des Maorés de Poitiers.

         Pendant environ une dizaine de minutes, Limoges-Mayotte a largement dominé. Les Maorés de Limoges ont été les plus incisifs dans les duels, tant à terre que dans les airs. Côté poitevin, on aurait dit des joueurs tétanisés par l’enjeu du match. Puis petit à petit, ils ont semblé se réveiller par quelques attaques bien qu’infructueuses. Il n’empêche que la domination limougeaude devait tôt ou tard apporter satisfaction aux visiteurs. Ainsi à la 21è minute, Limoges-Mayotte a marqué un but. Les défenseurs poitevins ont été pris de court par la rapidité des Limougeauds, tel des flèches. Cette fois, Dembelé le gardien poitevin n’a pu rien faire, sauf de constater le ballon au fond des filets.

         Les Poitevins ont tenté de rattraper leur retard, pendant que la domination limougeaude a baissé d’un cran. Sur le flanc droit de l’attaque poitevine, Zaïdou Baou et Omar Chaibi ont constamment percuté dans la défense des Rouges de Limoges-Mayotte. A la 40è minute, Zaïdou Baou le Maoré de Poitiers a été fauché dans la surface de réparation, synonyme de pénalty. Malheureusement, Haïk Khodedanian a raté son tir. S’il avait réussi à marquer le but, sans doute que le cours du match aurait changé, en libérant mentalement les Poitevins. A la 43è minute, Haïk Khodedanian et Erick Mpambi ont été sortis, remplacés par Aymar Houmadi et Ibrahima Camara. Malgré ce double changement, l’égalisation poitevine ne s’est pas pointée jusqu’à la mi-temps.

         A la reprise, Abdoul Guirassy est entré à la place de Théo Kotri. Et dès la 46è minute, Poitiers 3 Cités a eu une belle occasion d’égaliser. En outre, par un coup franc tiré par Ibrahima Camara, la tête appuyée de Younès Ghazzaf a catapulté le ballon juste au-dessus de la barre. La partie a été ensuite engagée entre les deux équipes. Par un jeu trop viril, Abdoul Guirassy a même écopé d’un carton jaune à la 50è minute. Limoges-Mayotte a connu une baisse de régime, peut-être par la fatigue cumulée. Il n’a ensuite procédé que par des contre-attaques. L’une d’elles a occasionné un coup franc à la 56è minute. Il aura fallu une parade extraordinaire de Dembelé pour sauver son camp d’un second but. Et les remplacements ont succédé dans chaque camp.

         Les chances d’égalisation de Poitiers 3 Cités se sont amenuisées au fil des minutes. Encouragés par leurs supporters, les Poitevins ont pourtant sorti le grand jeu et même crée des occasions. Mais inexorablement, la défense limougeaude a été bien en place. Non sans se lasser, Poitiers 3 Cités a livré ses dernières ressources en attaque. Omar Chaibi, fer de lance de cette attaque a tout fait, quitte à éliminer des défenseurs adverses comme des mouches. Et constamment, ses ballons centrés tels des missiles ont été interceptés en l’air par la défense limougeaude. A la 85è minute, une faute contre le même Omar Chaibi aurait valu un penalty. Cela n’a pas été de l’avis d’un arbitre impassible ordonnant de jouer, en dépit de la protestation des Poitevins, joueurs et supporters confondus. L’ambiance a fini par être électrique. Assane Sow a même été sanctionné d’un carton jaune, surtout face aux Limougeauds usant de subterfuges pour gagner du temps. Assane Sow «pétant un plomb» a été sorti par le coach Simon Faye à la 88è minute. De cette désorganisation défensive, Limoges-Mayotte n’a pas eu grand mal de marquer un second but dans le temps additionnel, lors d’une contre-attaque. Quelques secondes plus tard l’arbitre a sifflé la fin du match, écourtant le calvaire des Poitevins.

         Poitiers 3 Cités a perdu ce match capital et surtout des points précieux. Sans prétendre que tout est perdu, ses chances de rester en régional s’amenuisent. Pour les prochains matchs, il n’y a pas d’autre solution que de les gagner à la force des tripes et d’un mental exemplaire. Poitiers 3 Cités ne saura compter que sur ses propres forces, avant d’espérer sur les résultats des uns et des autres. Place ne sera plus faite à l’insouciance de jouer pour jouer. Les sautes d’humeur à tout propos seront inexcusables. Ce ne sera pas non plus le moment de s’estimer «star» sans le prouver par la victoire. C’est au pied du mur qu’on reconnaîtra le maçon. L’hymne à la victoire n’a pas résonné. Mais à la fin du match, lorsque le vestiaire s’est vidé, le coach Roland Kabongo, a eu une réflexion : «Lorsqu’on gagne, tout le monde est là et on nous adore ; mais quand on perd la plupart des gens nous fuient». Paroles de coach qui renvoie aux paroles d’un chansonnier congolais (Théo Blaise Nkounkou) : «Dans le bonheur on a tous les amis, dans le malheur te voilà seul mon frère». On est averti qu’à Poitiers 3 Cités, les vrais «Judas» autant que les vrais-faux amis vont continuer de célébrer des «messes noires». Il faudra simplement avoir la foi et l’envie de gagner.

16 Avril 2018

Gaspard NTSIKA

Partager sur

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.