Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES FESTIVAL FEMININ A ST-NICOLAS
< | >

ECHOS DES STADES FESTIVAL FEMININ A ST-NICOLAS

Publié le 11 mars 2018 par

ECHOS DES STADES  FESTIVAL FEMININ A ST-NICOLAS

En raison des avaries météorologiques, les matchs féminins initialement programmés au stade Gaboreau ont été délocalisés sur le synthétique de St-Nicolas. Même si les résultats ne sont pas ce qu’on souhaitait, les deux équipes féminines de Poitiers 3 Cités ont tout de même réalisé un festival. En lever de rideau, les Féminines 2 de Victor Cianchi ont gagné l’entente Allassac/Ussac/Cublac par 6 buts à 0. Les Féminines 1 d’Aziz Masrour ont été tenues en échec par Guéret, les deux équipes s’étant séparées au score d’un but partout. Deux matchs alternant sur le même terrain ont attiré un petit monde, malgré le temps oscillant entre la pluie et le soleil. Le survol de ces deux matchs vaut le détour, au moins pour le spectacle offert et pour en tirer des enseignements en vue de la suite du championnat.

FEMININES 2 : ELLES METTENT A SAC ALLASSAC

         Recevant l’entente Allassac/Ussac/Cublac à St-Nicolas en championnat N2 Nouvelle-Aquitaine, les Féminines 2 de Poitiers 3 Cités n’ont pas fait dans la dentelle. Elles ont battu à plate couture les Corréziennes par 6 buts à 0. Si cette victoire ne change pas trop Poitiers 3 Cités dans le classement, le spectacle a été d’or et les filles ont pris du goût à jouer.

         Le coach Victor Cianchi de Poitiers 3 Cités a compté sur les joueuses suivantes : gardienne (Martine Gagnon), défenseures (Sarah Tmimi, Marion Pothin, Lucie Rousseau, Melody Cianchi), milieu (Vanessa Majo, Angélique Chaigneault, Rim El Khatabi), attaquantes (Hélène Puravet, Carole Flageul, Marine Rubio), remplaçantes (Sophie Mahoungou, Félicie Priou, Vanessa Da Silva).

         Lorsque le match a commencé, le soleil a bizarrement fait son apparition. Les Poitevines aussi se sont vite fait remarquer. Dès la 50è seconde, Rim El Khatabi a failli ouvrir la vanne si elle n’est pas allée butter sur la gardienne corrézienne. Ensuite à la 5è minute, Hélène Puravet a manqué d’inscrire le premier but de son équipe. Allassac a eu aussi sa véritable occasion à la 10è minute où le ballon est passé en rase-motte de la cage de Martine Gagnon. Il a fallu attendre la 19è minute pour que Carole Flageul mette fin à l’impatience poitevine, en marquant le premier but. Après un coup franc de Lucie Rousseau, Rim El Khatabi réceptionnant le ballon a fait une passe à Carole Flageul. Et celle-ci a conclu. A la 22è minute, Marine Rubio a été victime d’une faute dans la surface de réparation corrézienne. Carole Flageul a transformé le penalty en 2è but poitevin et «tagué» son doublé.

         Poitiers 3 Cités ne s’est pas lassé en efforts, dominant de la tête aux pieds Allassac. N’eut été la couleur de leurs maillots, les Corréziennes seraient presque invisibles. Pendant ce temps, Martine Gagnon la portière poitevine n’a presque rien eu à faire, sauf de rester zen. Devant elle, des joueuses du type accrocheur tel que Sarah Tmimi, Lucie Rousseau, Marion Pothin et Melody Cianchi, Martine Gagnon a semblé dans le confort d’un hamac à St-Nicolas. En attaque, outre d’autres Poitevines, Hélène Puravet a fait des misères aux Corréziennes en multipliant les débordements du côté droit. Le 3è but de Carole Flageul d’une reprise magistrale à la 36è minute, est aussi l’œuvre d’Hélène Puravet ayant savamment dosé sa passe. D’autres combinaisons de ce tandem auraient pu apporter encore des buts. Mais Allassac a lutté avec ses moyens du bord, pour n’être mené que par 3 buts à 0 avant la pause.

         A la reprise, Sophie Mahoungou a remplacé Melody Cianchi. Même en absence de Cianchi Melody, Angélique Chaigneault ayant pris le poste de libéro n’a pas manqué de pugnacité et de mélodie dans ses interventions. Plus tard à la 49è minute, Marine Rubio a de nouveau fait trembler les filets en marquant le 4è but. Après un tir encanaillé de Vanessa Majo sur la barre transversale, la gardienne corrézienne lente à récupérer le ballon errant, a été devancée par Marine Rubio tel un submersible envoyant la balle au fond des filets. A la 64è minute, Carole Flageul est sortie et Vanessa Da Silva  est entrée dans l’arène. Poitiers 3 Cités a continué de dominer pendant plusieurs minutes. Ce n’est qu’à la 67è minute qu’Hélène Puravet a de nouveau ouvert le robinet : elle a marqué le 5è but sur une passe de Rim El Khatabi. La «Rim» a été sortie à la 71è minute, remplacée par Félicie Priou.

         Sans partage, Poitiers 3 Cités a monopolisé le ballon et défendu ferme ses bases arrières. Sarah Tmimi est l’une des défenseures poitevines coriaces rendant difficile la tache des attaquantes corréziennes. Elle a même écopé d’un carton jaune à la 82è minute pour jeu «viril». En dépit de sa «biscotte» bien digérée, la «Mimi» n’a pas lâché d’un poil sa concurrente immédiate et n’a guère varié ses relents défensifs. A la 84è minute, Sophie Mahoungou a manqué d’alourdir le score, alors que le ballon de Marine Rubio a été apporté comme sur un plateau doré. Et à la 89 è minute, la même Sophie Mahoungou a adressé à son tour un centre devant le but adverse. Mais alternativement, Hélène Puravet et Marine Rubio ont raté de glisser le ballon au fond des filets. Peu de temps avant la fin du match, à la 91è minute, Marine Rubio a réalisé son doublé, en marquant le 6è et dernier but, après une passe inspirée de la jeune Félicie Priou.

         En battant l’e’ntente Allassac/Ussac/Cublac par 6 buts à 0, les Poitevines ont démontré leur puissance et surtout réalisé un festival dont on en demanderait toujours. Bravo à Victor Cianchi et ses joueuses. Le public égayé a attendu un autre spectacle et une autre victoire sur le synthétique de St-Nicolas.

 

FEMININES 1 : FAUX PAS FACE A GUERET

         Il ne fallait pas perdre des points face à Guéret, permettant aux concurrents immédiats dans cette poule R1 du championnat Nouvelle-Aquitaine de prendre le grand large. A St-Nicolas, Poitiers 3 Cités ne s’est contenté que d’un match nul (1-1) contre la Guéretoise. Si bien qu’à Poitiers, ce résultat décevant a pris l’allure d’une défaite. Pourtant que n’ont pas montré les Poitevines ? Tout sauf avoir le physique nécessaire, le manque de motivation et surtout des buts. Dommage, on aurait espéré que les Féminines 1 suivent l’exemple de leurs camarades de l’équipe 2.

         L’équipe alignée par Aziz Masrour a renfermé les joueuses suivantes : gardienne (Adeline Baronnet), défenseures (Karine Prévost, Djenaba Camara, Fiona Oswald, Nadège Raboisson), milieu (Cyndie Ballu, Celie Gautier, Mathylde Allais, Imane Ettayb), attaquantes (Tiphaine Chaigneau, Orane Croizard), remplaçantes (Maïssane Angatahi, Rebecca Croizard). Le ciel n’a pas été aussi beau qu’au premier match à St-Nicolas. Avant le coup d’envoi du match, l’honneur a été fait au sponsor «Pluriel» de Poitiers ayant offert un jeu de maillots utilisé ce jour par les Poitevines.

         Trois minutes après le début du match, Orane Croizard a fait trembler les filets de Guéret. Après réception du ballon envoyé par Celie Gautier, l’attaquante poitevine a trompé la gardienne adverse d’un tir biaisé. A la 8è minute, Celie Gautier la passeuse a raté peu de doubler la mise, après une passe de Tiphaine Chaigneau. Puis pendant longtemps, Poitiers 3 Cités a promené les Guéretoises, sans marquer de but en dépit de nombreuses occasions. Et contre toute attente à la 34è minute, Guéret a égalisé de façon rocambolesque. Receptionnant le ballon en retrait, Adeline Baronnet la gardienne poitevine a glissé sur le ballon et n’a pu vite le récupérer. Une attaquante guéretoise aux abois telle une hyène affamée, a tout simplement glissé le ballon au fond des filets. Stupéfaction dans le camp poitevin et joie du côté guéretois qui ne s’attendait pas à cette égalisation aussi facile. Partie remise pour les deux équipes où on aura cru assister à une partie de ping-pong. Malgré leur domination, les Poitevines n’ont marqué aucun autre but jusqu’à la pause.

         A la reprise, Guéret a semblé reprendre du poil de la bête. Les Guéretoises ont lancé des attaques, sans toutefois inquiéter Adi Baronnet ayant fort longtemps oublié son infortune. Mais que pouvaient-elles face à Fiona Oswald, Nadège Raboisson, Djenaba Camara, Karine Prévost et même Cyndie Ballu en repli défensif précieux ? En attaque, Mathylde Allais, Celie Gautier, Orane Croizard, Tiphaine Chaigneau et Imane Ettayb n’ont pas manqué de répondant aux Guéretoises. Mais leurs tentatives ont été un flop. Et pour cause ! Par intermittences, les Poitevines ont manqué de souffle, de l’inspiration créatrice et surtout de tirs pouvant tout décanter. Justement à la 54è minute, le tir de Mathylde Allais dont le ballon a caressé le montant droit aurait pu faire mouche. Peu avant ce tir, «Matou» Allais s’est illustrée par un petit pont à une défenseure adverse : un petit bonus pour le public toujours friand de ces petits gestes techniques créant du spectacle.

         Au fil du match, des signes de fatigue ont été perceptibles dans les rangs poitevins. A l’image d’Orane Croizard ne parvenant plus à récupérer le ballon perdu. Voire Karine Prévost visiblement à bout de souffle. Malgré le renfort venu de la défense, avec Nadège Raboisson, Fiona Oswald et même Djenaba Camara, rien n’a fait pour voir Poitiers 3 Cités prendre de l’avance au tableau d’affichage. En même temps, les Guéretoises encouragées par un groupuscule de supporters avec leur tambourin «Guerabout» datant d’un autre temps, ont tenté de réaliser un joli coup. Malgré ces encouragements, les «canaries» venues de la Creuse n’ont pas pu creuser l’écart. A la 87è minute, Karine Prévost a été remplacée par Maïssane Angatahi. A ce moment du match, les chances de chaque équipe ont été sur la balance. Et l’équilibre a été parfait jusqu’au dernier coup de sifflet.

         A la fin du match, la déception a été poitevine. Guéret qui aurait aussi espéré mieux que ce match nul s’est contenté de ce résultat. Il semble que le manque de motivation consécutif à l’absence de bonne condition physique a été la raison majeure à Poitiers 3 Cités de n’avoir pas gagné. Mais pas que cela. Car un geste technique comme le tir a été rarement utilisé pour «tuer» le match. Et si ce match nul a quelque peu gâché la fête, les filles de Poitiers 3 Cités ont quand même fait vibrer St-Nicolas par le spectacle produit. Pour la suite, la tâche revient aux coachs et aux filles devant mieux faire dans la perspective du championnat.

6 Mars 2018

Gaspard NTSIKA

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.