Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
ECHOS DES STADES MASCULINS : ILS ASSURENT ET RASSURENT
< | >

ECHOS DES STADES MASCULINS : ILS ASSURENT ET RASSURENT

Publié le 08 juin 2018 par

ECHOS DES STADES  MASCULINS : ILS ASSURENT ET RASSURENT

La saison 2017-2018 se termine sous d’heureux auspices pour les trois équipes masculines de Poitiers 3 Cités. Toutes les trois équipes montent en divisions supérieures. Un bilan 100% satisfaisant avec un quitus positif. Contre vents et marées, les garçons sont passés entre les gouttes de pluie. Evitant les embûches et déjouant les pièges, ils ont démenti tous les pronostics. A ceux qui les voyaient moribonds, les donnant pour morts et enterrés, ils répondent qu’ils sont vivants. Ils ont assuré et rassuré le club. Pour ainsi dire, Poitiers 3 Cités a la baraka.

En ce dimanche 27 Mai, dernière journée du championnat, ils ont tous gagné leurs matchs, comme l’ont fait auparavant les filles. Les Masculins 3 d’Etienne Laré ayant toujours gardé le leadership dans la poule D de 5è division de District ont gagné contre Montmorillon 4 par 4 buts à 3, là-bas sur le bord de la Gartempe. Les Masculins 2 de Djelloul Houadji en poule C de la 4è division de District sont revenus requinqués de Quinçay où ils ont battu l’équipe locale par 2 buts à 1. Ils ont terminé parmi les deux meilleurs 2è du championnat D4. Si ces deux équipes de District ont eu le feu vert pour monter respectivement en 4è et 3è divisions, le sort des Masculins 1 de R4 dépendait des résultats de quelques autres rencontres. Les hommes de Roland Kabongo ont pourtant plié Confolens au score de 4 buts à 0. Ils ont terminé au rang 3 des meilleurs 9è de la R4 Nord. Il a donc fallu attendre les calculs «savants» de la Ligue pour confirmer la montée de l’équipe en Régional 3 Nouvelle-Aquitaine. C’est parce que ce match contre Confolens a été celui de tous les dangers et le plus attendu, qu’il mérite une petite rétrospective. Dans une prochaine édition, nous reviendrons sur le bilan global de cette saison.

         L’équipe ayant affronté Confolens a renfermé les joueurs suivants : gardien (Sourakhata Dembelé), défenseurs (Saindou Inzouddine, Younès Ghazzaf, Donald Sahui, Kivin Al Zihairi), milieu (Foued Rabahi, Zaïdou Baou, Koutoubou Soumaïla, Roland Kabongo), attaquants (Erick Mpambi, Antoissi Kabayela), remplaçants (Aimar Houmadi, Haïk Khodedanian). On ne s’est pas plaint du temps au stade Gaboreau, car le soleil a aussi assisté au match. Avec lui de nombreux spectateurs aux motivations éparses. Ceux arrimés pour ricaner de la perte d’une équipe ; d’autres véritablement venus encourager leur équipe pour se sauver du naufrage. Ce match a été d’une symbolique frappante : victoire de Poitiers 3 Cités au premier jour du championnat à Confolens, et victoire lors de la dernière journée à Poitiers.

         A peine que le coup de sifflet a retenti, Poitiers 3 Cités a étonné par la rapidité de sa réaction : Antoissi Kabayela a inscrit un but à la 20è seconde. Après une combinaison ultra-rapide entre Zaïdou Baou et Erick Mpambi, Antoissi Kabayela a conclu d’un plat de pied. Stimulés par ce premier but, les Poitevins ont récidivé à la 2è minute, toujours par le même Antoissi Kabayela. Cette fois, le ballon est venu de Roland Kabongo qui a fait une passe à Erick Mpambi. Ce dernier, d’une talonnade à l’aveugle, a sollicité le buteur qui a encore logé le ballon d’un plat de pied, technique qu’il affectionne comme un met. Un peu tard à la 8è minute, Zaïdou Baou parti en une échappée spectaculaire a laissé derrière lui des défenseurs confolentais tombés comme des mouches. Il a adressé un centre, mais le ballon a été repoussé par la défense adverse. Une minute après, Erick Mpambi a raté une occasion : après avoir éliminé le dernier défenseur, il a tout bonnement dévissé son tir enragé.

         Poitiers 3 Cités n’a pas arrêté de dominer Confolens. A la 24è minute, Foued Rabahi a été sorti au bénéfice d’Haïk Khodedanian. Le remplaçant a écopé d’un carton jaune à la 39è minute, plus par geste de maladresse que dans l’intention de faire du mal. Restés maîtres du jeu, les Poitevins n’ont donné aucun espoir aux Confolentais. D’ailleurs à la 41è minute, Erick Mpambi a raté de prolonger le ballon offert par Roland Kabongo. Quiconque en «charentaises», voire en «tong», aurait poussé le ballon au fond des filets. A la 45è minute, Koutoubou Soumaïla est sorti à sa demande, car fatigué sans doute par le fait du Ramadan. Foued Rabahi a pris le relai, mais pas pour longtemps car la mi-temps a été sifflée.

Dans le vestiaire, le coach confolentais a déchiré l’air et aboyé pour motiver ses joueurs. Roland Kabongo n’a pas manqué du sien pour inciter ses joueurs de ne pas baisser la garde. A la reprise, Confolens a effectivement été plus chatoyant, malmenant quelque peu les Poitevins. Pendant une dizaine de minutes, les locaux ont traversé un passage à vide au cours duquel Confolens les a fait douter. Les Charentais n’ont pas su profiter de la faiblesse momentanée de leurs adversaires. Inquiet, le coach Simon Faye a fait un changement : Zaïdou Baou est sorti et remplacé par Koutoubou Soumaïla à la 54è minute. Poitiers 3 Cités a fini peu à peu par reprendre le contrôle du jeu. Teigneux comme un pitbull, Foued Rabahi a été sanctionné d’un carton jaune. Encouragés par leurs supporters, les Poitevins sont passés à la vitesse supérieure. Cependant, leurs multiples occasions sont restées sans succès.

A la 70è minute, Foued Rabahi toujours dans l’œil de l’arbitre et averti verbalement a été sorti, pour le préserver d’un nouveau carton. Il a été remplacé par Zaïdou Baou ayant entre-temps «cassé» son Ramadan par quelques gorgées d’eau. Le Dieu magnanime lui aura sans doute pardonné. En tous cas une minute après l’entrée du technicien, Antoissi Kabayela alias «Sélène» a encore fait mal à Confolens en marquant le 3è but, son triplé. Après l’échange de balle entre Koutoubou Soumaïla et Erick Mpambi, «Sélène» a d’un pointu envoyé le ballon au fond de la loge charentaise. Erick Mpambi le passeur est sorti à la 82è minute ; il a été remplacé par Foued Rabahi s’étant sûrement fait oublier par l’arbitre. Vers la fin du match, le jeu poitevin a été volcanique, désespérant les Confolentais presque résignés. A la 86è minute, Poitiers 3 Cités a ajouté un 4è but, grâce à son coach. Parti presqu’à mi-chemin entre la médiane du terrain et le but adverse, Roland Kabongo a slalomé de façon effrontée entre des adversaires, avec un aplomb que seule sa détermination lui a permis. A la sortie de son numéro, il a fait un râteau au dernier défenseur, avant d’ajuster le ballon et de battre le gardien confolentais. Non rassasiés, les Poitevins ont continué d’envahir le camp charentais, question de vouloir soigner le goal-average. Mais ils n’ont pas marqué un 5è but. Lorsque l’arbitre a sifflé la fin du match, les visages des Poitevins ont été radieux. Les Confolentais ont baissé la tête et compris leur infortune.

A cette fin de match, les nouvelles venant de Ligugé jouant contre Limoges-Mayotte et de Ste Fereole bravant Rilhac ont été bonnes pour Poitiers 3 Cités. Tout indiquait que Poitiers 3 Cités terminait 3è meilleur 9è, tirant alors son épingle du jeu. Mais la prudence a été de rigueur dans le vestiaire poitevin pour que la joie de gagner soit presqu’étouffée par l’incertitude. Depuis quelques jours, la montée de Poitiers 3 Cités en R3 a été confirmée. Tous les Masculins de Poitiers 3 Cités ont eu raison de croire jusqu’au dernier match. Ils sont allés puiser au fond de leurs dernières ressources, tant physiques que mentales, pour réaliser ces trois transhumances en une saison. Malgré la galère endurée, ils font aujourd’hui la fierté de tout un club : Et Un, et Deux, et Trois Cités !

5 Juin 2018

Gaspard NTSIKA

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.