Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
INTERVIEW N°59 HEDI LEMERLE-MEDJEBEUR (Joueur U18)

INTERVIEW N°59 HEDI LEMERLE-MEDJEBEUR (Joueur U18)

Publié le 09 décembre 2017 par

INTERVIEW N°59  HEDI LEMERLE-MEDJEBEUR  (Joueur U18)

Sans tambour ni trompette, sans siffler ni chanter, le jeune Hedi Lemerle-Medjebeur nous est arrivé la saison passée à Poitiers 3 Cités. Il s’est fait plutôt distinguer dans le jeu, au milieu d’autres jeunes U18 de Jean François Cabrera. On a apprécié sa technique avec des dribbles sans doute appris à la télé, et surtout son engagement physique. Il évolue en milieu de terrain où il récupère et récure bien de ballons. Petit ingénieur du ballon rond, technicien de surface verte, c'est un joueur intéressant au carrefour du jeu : il sait défendre comme il aime attaquer. Il ne lui manque que la maturité de joueur aguerri pour être complet. Hedi prend parfois ses aises en jouant et se la pète même pour en faire un peu trop. C'est là l'un de ses moindres défauts. Pour l'heure on ne peut pas trop lui en demander, car «petit poisson deviendra grand». Alors si Lemerle-Medjebeur veut avoir une assise sûre, il n’a qu’à tisser petit à petit son nid. Son futur est donc béant devant lui, à condition de s'y accrocher. Au début de cette saison, il a été directement associé au groupe de l’équipe 1 senior. Preuve de la qualité footballistique du gamin et de la confiance que lui a accordé le staff technique. Dans le groupe, Hedi parle et rigole normalement comme tout le monde. Il a parfois ses numéros d'humour, des instants où Hedi s'éclate. Il a aussi ses sautes d'humeur, où il devient alors quelqu'un qui n'a qu'une seule oreille, la sienne n'entendant que sa raison. Hedi Lemerle-Medjebeur est un métis franco-algérien. Son papa est un Poitevin et sa mère de Carcassonne a des parents originaires d'Algérie. C’est un garçon de bonne bouille, un bel étalon athlétique qui croque déjà la vie à pleines dents. Cette année, il fréquente le lycée Camille Guérin de Poitiers où il prépare son Bac. Auparavant, il avait été en section Sport-Études, option foot, dans un lycée de Saintes en Charente-maritime. J'aurais dû avoir cet entretien avec lui la saison passée, tant le garçon m'a séduit par sa façon de jouer. Mais l'actualité au club a fait que ce soit différé, et donc maintenant. Depuis que je le vois évoluer au milieu des adultes expérimentés de Poitiers 3 Cités, il m'impressionne. En cela, je ne pouvais ne pas le mettre en vitrine. Le garçon va donc raconter mieux que moi sa courte histoire avec le foot.

         Gaspard (Gaspard Ntsika) : Hedi, je te remercie d'avoir accepté cette interview. Je te l'avais promis la saison passée, mais je ne pouvais pas le faire. On dit souvent que «la promesse est une dette». Alors je te rends aujourd'hui ce que je te dois. Tu es un jeune joueur que j'admire depuis que je te vois jouer à Poitiers 3 Cités. Au cours de cet entretien, on aura des choses à se dire. Pour commencer, dis-moi où et quand tu es né.

         Hedi (Hedi Lemerle-Medjebeur) : Le 29 Mars 2000 à Carcassonne (Aude).

       Gaspard : Tu es arrivé la saison passée à Poitiers 3 Cités. Tu proviens de quel club et pourquoi as-tu choisi de venir ici ?

         Hedi : Je viens de St-Eloi. Je suis arrivé au club des 3 Cités pour améliorer mon niveau et mes capacités sportives.

       Gaspard : Je trouve que tu as le sourire facile. Pourtant je t'ai déjà vu bouder en silence ou à vive voix. Fais-tu souvent des caprices à la maison ? Combien de frères et sœurs as-tu ?

         Hadi : J'ai toujours eu des caprices à la maison, surtout lorsque je n'ai pas ce que je veux. C'est peut-être à cause de mon esprit de compétiteur. J'ai une grande sœur âgée de 19 ans, actuellement en Fac de Médecine. 

       Gaspard : A quel âge as-tu commencé de pratiquer le foot ? C'était où ?

         Hedi : J'ai commencé à 12 ans en club, c'était à St-Eloi.

       Gaspard : C'est bien tard pour un garçon. Mais je suppose qu'avant tu faisais un autre sport ?

         Hedi : Oui avant je faisais le foot dans la cour de récréation et entre potes. Sinon j'ai fait du rugby à Carcassonne. J'ai pratiqué un an le judo, en plus de la natation.

         Gaspard : Mais pour quelles raisons as-tu abandonné ces autres sports, et te mettre ensuite au foot ?

         Hedi : Quand je suis arrivé à Poitiers, beaucoup d'enfants pratiquaient le foot partout, contrairement au rugby à Carcassonne. Au début le foot n'était qu'un divertissement pour moi. Puis je m'y suis mis sérieusement.

       Gaspard : Racontes-moi ton court itinéraire de jeune footballeur.

         Hedi : A 11 ans, j'ai pris une licence à St-Eloi. A 13 ans, j'ai signé à Buxerolles où j'ai passé deux années. J'ai participé au tournoi de Cahors. A 14 ans j'ai fait un stage de foot au SAJ Le Mans. Après la classe de 3è, j'ai intégré la section foot du lycée Bernard Palissy de Saintes. Je suis revenu à Poitiers parce que le transport me posait des problèmes. Après Saintes, je suis donc arrivé à Poitiers 3 Cités la saison passée en U17. Cette année je joue avec les seniors de l'équipe 1 en PL (actuel R4 de la ligue Nouvelle-Aquitaine).

       Gaspard : Tu n'as encore que 17 ans. Comment justement tu apprécies le fait d'être intégré depuis le début de saison en équipe senior 1, plus souvent titulaire ? Te considères-tu alors comme le «Mbappé» de Poitiers 3 Cités ?

         Hedi : Oui, j'aimerais être comme lui (Mbappé). Je joue aujourd'hui avec des joueurs qui ont un bon niveau et une meilleure expérience que moi. j'espère les suivre. Cela va me demander beaucoup d'efforts et de concentration.

       Gaspard : Tu es un bon technicien. Tu sais défendre comme tu sais attaquer. Mais pourquoi tu rajoutes des dribbles lorsque c'est parfois inutile ? C'est pour le spectacle, pour humilier l'adversaire ou pour ton plaisir ?

         Hedi : C'est un peu de tout ça. Le dribble est mon plaisir, montrer que je sais bien faire. La plupart des jeunes que je vois jouer veulent être techniques. Moi je cherche à bien appliquer la technique pour être le meilleur de moi-même. Avec les seniors c'est juste pour leur montrer que même étant plus jeune, je peux m'employer à bien faire.

       Gaspard : Toi comme les autres jeunes, vous apprenez le foot aux entraînements et à travers les outils multi-médias (télé et jeux vidéos). Pour toi, qu'est ce qui t'instruit le plus parmi ces deux méthodes d'apprentissage du foot ?

         Hedi : Ma méthode c'est d'abord de s'entraîner sur le terrain. Mais les médias nous apportent autre chose. Par exemple les visions techniques et tactiques des grands clubs professionnels. On s'inspire donc parfois de ces images.

       Gaspard : Puisque tu évolues actuellement en équipe 1 senior, à ton avis qu'est-ce qui manque à cette équipe pour être au sommet du classement ?

         Hedi : J'ai constaté que beaucoup de joueurs sont âgés. Il manque un peu de jeunesse. C'est pourquoi la composition de l'équipe est à revoir. Pourtant on peut mieux faire, et je l'espère. Même les anciens comme Boli et Zaza donnent ce qu'ils ont pour gagner un match. Tout est dans l'état d'esprit qu'on devra avoir.

       Gaspard : A te voir, tu as un grain de métissage. D'où sont originaires tes deux parents ?

         Hedi : Mon père est de Poitiers. Ma mère est de Carcassonne où elle est née, et ses deux parents sont d'origine algérienne.

       Gaspard : Est-ce que tu es déjà parti en Algérie ? Si oui, quels souvenirs en as-tu gardé ?

         Hedi : Je suis allé une fois à l'âge de 7 ans. J'ai gardé de bons souvenirs d'une famille nombreuse et de la joie des gens. Le mauvais souvenir c'est que j'y suis allé pour lé décès de mon grand-père.

       Gaspard : Je vois très souvent ton papa venir te voir jouer, à domicile ou à l'extérieur. A-t-il été un footballeur ?

         Hedi : Non, il n'a jamais été footballeur. C'est plutôt son frère qui a fait du foot en tant que gardien de but, à Poitiers FC et même dans la sélection du Centre-Ouest. Mais mon papa est passionné par le foot.

       Gaspard : C'est lui qui t'a incité, sinon poussé à faire du foot à la place d'autres sports ?

         Hedi : Pas lui, c'est venu de moi-même. Ce sont plutôt mes copains avec qui on a joué dans la rue et à l'école. Je peux citer Djely Drogba (U17 à Poitiers 3 Cités) avec qui on a même décidé de venir ici.

         Gaspard : Un jour j'ai rencontré ta maman au stade venir t'encourager. S'intéresse-t-elle aussi au foot ?

         Hedi : Elle est parfois venue me voir jouer. La dernière fois c'est lors du match contre Chauray où elle est venue en compagnie de ma copine.

       Gaspard : Et à la maison, est-ce qu'il vous arrive de causer du foot après les matchs, éventuellement de corriger tes erreurs ?

         Hedi : Oui avec mon père. Parfois il lui arrive de filmer quelques séquences du match. Il les montre après pour voir mes éventuelles erreurs ou pour me féliciter. On discute souvent de foot, même avec ma mère qui prend elle aussi du plaisir à me voir jouer.

       Gaspard : Au niveau scolaire, quels établissements as-tu fréquenté, de la maternelle à aujourd'hui ?

         Hedi : J'ai fait la maternelle jusqu'au CE2 à Carcassonne. Lorsqu'on est venu à Poitiers, j'ai ensuite fréquenté le CM1 à l'école de Mignaloux-Beauvoir parce que ma mère y travaillait, puis le CM2 à St-Eloi. J'ai passé le collège à Camille Guérin de Poitiers. J'ai été ensuite en seconde au lycée Bernard Palissy à Saintes. Je suis revenu à Poitiers en 1ère au lycée Camille Guérin. Aujourd'hui je suis en Terminale ES toujours à Camille Guérin où je prépare le Bac.

       Gaspard : Maintenant en Terminale ES, as-tu déjà une idée précise de ce que tu feras après le Bac ?

         Hedi : Après le bac, je compte continuer mes études. Mais je ne sais pas encore où et dans quelle filière (Gaspard lui fait comprendre qu'il est temps de décider).

       Gaspard : Et à la fin de tes études, quel métier souhaiterais-tu exercer ?

         Hedi : J'ai envie de créer mon entreprise, par exemple dans la branche du Commerce. Mais on verra ça plus tard.

       Gaspard : En dehors du foot, est-ce que tu pratiques aujourd'hui d'autres sports ?

         Hedi : Pas du tout. Sauf courir souvent avec ma sœur.

       Gaspard : Hedi, maintenant c'est entre nous et personne ne nous entend. Lorsque tu ne vas au lycée et ne viens pas au foot, que fais-tu d'habitude pour occuper ton temps libre ? Parties de soirées arrosées et enfumées avec des copains et copines ? Jeux vidéos ? Vagabondages au centre-ville de Poitiers ? Ou quoi d'autre pour t'éclater et te lâcher ?

         Hedi : Je partage beaucoup des moments avec mes amis, pour par exemple aller au cinéma ou rester à la maison avec eux. Sinon je fais mes devoirs ou viens au foot. Je n'ai pas trop d'activités à l'extérieur.

       Gaspard : Hedi, je te remercie encore d'avoir accepté cet entretien. Il a quand même permis de découvrir un jeune footballeur parmi d'autres talents que renferme Poitiers 3 Cités. J'ai voulu te faire connaître aux yeux du monde parce que tu es un joueur qui m'a étonné et plu. Tu as donc commencé à pratiquer le foot un peu tard et tu surpasses aujourd'hui quelques uns qui ont fréquenté des écoles de foot.  L'avenir t'appartient et il faut en faire bon usage. Tu es jeune et il faut savoir écouter les anciens qui ont plus d'expérience que toi, malgré le talent que tu peux étaler. Parce que le foot est un tout : technique, tactique et aussi psychologique. Sois modeste et le plus simple possible dans le jeu. On t'appréciera mieux et c'est à cette condition que tu te feras accepter pour être bien apprécié des autres. J'espère aussi qu'en étant assidu aux entraînements, tu pourrais être l'un des jeunes dont on recherche pour faire la transition des générations à Poitiers 3 Cités. Et comme tu évolues en équipe fanion, cela prouve la confiance qu'on te fait. Personnellement, je resterais attentif à ton évolution parce que tu n'as pas l'étoffe d'un tocard. Pourtant, même un joueur dont personne ne fait attention peut évoluer et réserver des surprises. Avant de nous quitter, as-tu des messages à adresser à tes copains U18, tes aînés seniors qui jouent avec toi, tous tes copains et copines, et même à tes parents ?

         Hedi : Je remercie d'abord mes parents et toute ma famille d'être attentifs à tous mes efforts. Je ne manque pas aussi de remercier tous ceux qui ont contribué à mon parcours au foot actuellement, surtout mes anciens coéquipiers U18 que je souhaite de bons résultats afin d'être premiers dans leur poule. Dédicace à tous mes amis qui m'entourent si souvent et je ne cite pas les noms parce qu'ils se reconnaîtront. Je remercie le staff de m'avoir intégré dans l'équipe 1 senior et de m'avoir fait confiance. Merci à toi Gaspard pour cet entretien.

       Gaspard : Une nouvelle fois merci à toi Hedi d'être venu. Ton coach Simon Faye est passé avec un visage gris et je ne sais pas s'il y aura entraînement avec ce temps pluvieux. Quoi qu'il en soit pour aujourd'hui, je ne manquerai pas de te suivre de près,  parce que tu es un élément d'avenir pour Poitiers 3 Cités.

 

Interview réalisée le 7 Décembre 2017

Gaspard NTSIKA

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.