Bienvenue sur le site de l'Entente Sportive Des Trois Cités


2017-2018
News
INTERVIEW N°61 LOLA TROMAS (Joueuse U13)
< | >

INTERVIEW N°61 LOLA TROMAS (Joueuse U13)

Publié le 08 avril 2018 par

INTERVIEW N°61  LOLA TROMAS  (Joueuse U13)

Et voici Lola Tromas, jeune joueuse U13 de Poitiers 3 Cités ayant belle mine. Lola est reconnaissable d’abord par sa touffe de cheveux frisés et blondinettes toujours coiffée en forme de couette. Puis, les yeux d’un bleu perçant et le sourire presque en permanence aux lèvres sont une autre particularité de la petite Lola. S’il lui arrive d’être parfois comme dans sa petite bulle, c’est une fille avant tout sociable pour qui l’amitié compte. Il faut voir le visage épanoui de Lola au milieu de ses copines pour comprendre sa joie de jouer au foot. Dans le jeu, elle est pleine de combativité et de bonne volonté à partager ; elle ne lâche pas le ballon avant de l’avoir transmis. Il ne lui manque que quelques gestes techniques lui permettant d’être une joueuse affirmée. Comme les autres, elle est très jeune et a du temps devant elle pour apprendre. Cette saison entre les mains de Carole Flageul, elle-même technicienne et virtuose du ballon rond, on espère alors que la jeune éducatrice saura donner des astuces et des ficelles à sa «cadette» pour qu’elle soit comme elle. La saison passée avec Nadège Raboisson, Lola Tromas a fait partie du groupe U10-U13 féminine de Poitiers 3 Cités ayant participé à la finale nationale de la Coupe Festi-Foot à Capbreton. Stimulée par cette expérience collective, Lola est l’une de ces jeunes joueuses désireuses de s’améliorer et de poursuivre l’aventure : sportive et humaine. Lola habite dans le bassin du Miosson à St-Benoît. De cette situation géographique, elle aurait pu tout aussi évoluer à la Varenne de St-Benoît qu’à Smarves, voire à Mignaloux-Beauvoir. Mais Lola a préféré traverser de l’autre côté de la Rocade où elle a trouvé son bonheur dans le pré du Clos Gaultier. Maman Magalie est originaire de Nieuil-l’Espoir (un coin pour moi chargé de bons souvenirs). Et Papa Olivier vient de Ruffec en Charente. C’est surtout Maman et Papy de Nieuil-l’Espoir qui n’épargnent pas leurs efforts et leur espoir en accompagnant leur fille. Lola qui n’est encore que collégienne a sûrement des ambitions cachées qu’on va découvrir. C’est cette jeune joueuse enthousiaste que je mets à la «Hune» près de chez nous à travers cette interview. A 13 ans sans peur ni traumatisme, Mademoiselle Tromas aura des arguments pour expliquer sa passion du foot.

Gaspard (Gaspard NTSIKA) : Lola, merci d’avoir accepté cette interview. Je la voulais parce que tu es une fille en qui je compte, comme d’autres de ta génération, pour l’avenir du club. J’ai donc quelques questions à te poser. Pour commencer, dis-moi où et quand tu es née.

         Lola (Lola TROMAS) : A Poitiers le 1er Février 2005.

Gaspard : On m’a soufflé que tu as deux façons d’attacher tes cheveux. Une couette que je vois flotter au vent lorsque tu joues. Et comment tu es coiffée à la maison ou à l’école ?

         Lola : Non, c’est de la même façon. Je n’ose pas laisser libre mes cheveux.

Gaspard : Ton prénom c’est bien Lola. Mais est-ce qu’on t’appelle par un petit nom ? Par exemple «Lol» ou carrément «Lo» ?

         Lola : (Rires de Lola avant de répondre). Non, on ne m’appelle que par Lola.

Gaspard : Tu es souvent souriante, mais parfois je te vois comme effacée. A quoi tu penses à ce moment où tu es dans ta petite bulle ? Es-tu un peu timide ?

         Lola : Non, je ne suis pas timide. Ni au collège, ni à la maison. Au foot, c’est plus le stress qui me fait parfois d’être autrement.

Gaspard : Ta maman c’est Magalie et ton papa c’est Olivier. Est-ce que tu sais de quels coins de la région ils sont originaires ?

         Lola : Ma maman est de Nieuil-l’Espoir. Mon papa est de Ruffec (Charente).

Gaspard : Tu sais si ton papa a fait du foot ? Sinon a-t-il fait ou exerce-t-il un autre sport ?  

         Lola : Il n’aime pas le foot et ne l’aurait fait que pendant 3 mois. Par contre, il aime faire la course, presque tous les week-ends. Il fait du Trail.

         Gaspard : Et Magalie, a-t-elle joué au foot ?

         Lola : Elle voulait faire du foot, mais elle n’a pu le pratiquer. Elle aime bien le foot.

Gaspard : Et ton papy Jean Caillaud que j’ai vu l’autre jour au Clos Gaultier avec un survêtement de Poitiers 3 Cités, a-t-il été lui aussi (comme moi) un joueur de foot à Nieuil-l’Espoir ?   

Lola : Je ne sais rien. Mais ce qu’on m’a dit c’est qu’il a entraîné une équipe à Nieuil-l’Espoir.

Gaspard : Dis-moi Lola, où et à quel âge as-tu commencé de jouer au foot ?  

         Lola : A Poitiers 3 Cités, à l’âge de 11 ans lorsque j’étais au CM2.

Gaspard : Un peu tard. Mais qui t’a incitée à faire du foot ? C’est venu de toi-même par exemple à la cour de récréation ou dans le jardin ? Ou en voyant les filles et les garçons jouer ?

         Lola : C’est venu de moi-même. Avant de venir aux Trois Cités, je jouais dans le jardin. Je regardais aussi les matchs à la télé. C’est tout ça qui m’a donné envie de pratiquer le foot.

Gaspard : Quand tu es arrivée au club, quel était ton premier entraîneur ?

         Lola : C’est Laure (Barbier). Je ne me rappelle plus du nom de l’autre fille qui était souvent avec elle aux entraînements. (Sans nul doute Elodie Monteiro).

Gaspard : Un samedi pas si longtemps, j’ai assisté à votre match contre Bressuire que vous avez gagné par 5 buts à 1. Tu as d’abord joué en défense, puis on t’a fait monter en attaque. Finalement, à quel poste tu as l’habitude de jouer et où tu te sens le mieux ?

         Lola : Au début, je jouais toujours en défense. Aujourd’hui c’est plus en milieu de terrain où je me sens le mieux.

Gaspard : Est-ce que tu te sens également bien dans votre groupe, ou bien il y’a des choses qui te fâchent souvent ?  

Lola : Ah non, je me sens très bien. Je ne me fâche jamais dans l’équipe.

Gaspard : L’année passée tu as bien participé à la finale nationale de Festi-Foot à Capbreton avec le groupe U10-U13 de Nadège. Vous avez même fait un joli clip qui a été récompensé.  Finalement, quels souvenirs tu gardes de votre séjour à Capbreton ?  

         Lola : C’était trop bien. Déjà l’hôtel. Ensuite les repas. Puis par les équipes qui étaient présentes, comme le PSG. Par contre, il y’a eu beaucoup de pluie. Je garde un bon souvenir de ce voyage.

Gaspard : S’il fallait repartir cette saison, irais-tu ?

         Lola : Oh oui, obligatoirement.

Gaspard : Lola, si tu avais des choses à améliorer dans ton jeu, ce serait quoi ? Le physique, le dribble, la passe, le contrôle de balle, ou quoi d’autre ? Où te sens-tu le plus faible ?  

         Lola : Je pense qu’il faut tout améliorer. Parce qu’il y’a plusieurs faiblesses.

Gaspard : A part le foot, est-ce que tu pratiques un autre sport ?

         Lola : Non, pas du tout. A part au collège où on est obligé de faire l’éducation physique et sportive.

         Gaspard : Justement au niveau scolaire, tu es aujourd’hui en quelle classe et dans quel établissement ?

         Lola : Je suis en 5è au collège Ronsard.

Gaspard : De la maternelle jusqu’à maintenant, est-ce que tu te souviens des établissements que tu as fréquentés ?

         Lola : En Maternelle et en Primaire, j’ai été à l’école du bourg de St-Benoît, en haut de la côte en remontant vers «La Hune». Puis comme j’ai dit, je suis actuellement au collège Ronsard.

Gaspard : Je sais que tu es très jeune, mais je te pose quand même cette question. As-tu déjà une idée du métier que tu feras après avoir fini tes études ?

Lola : Je voudrais être footballeuse, mais je ne sais pas encore. C’est le rêve de toutes les filles qui jouent avec moi.

Gaspard : Est-ce qu’il t’est arrivé d’aller regarder les seniors féminines ? Par exemple voir comment jouent Carole (Flageul) ou Nadège (Raboisson) ?

         Lola : Oui, je suis allée parfois les voir quand elles avaient des matchs après nous. Le match qui m’a marqué est celui contre Bordeaux où j’ai accompagné les joueuses sur le terrain avant le coup d’envoi. J’ai très peu vu jouer Carole.

Gaspard : Il t’arrive aussi de regarder des matchs de foot à la télé ?

         Lola : Mais oui, bien sûr. Dès qu’il y’a un je le regarde.

Gaspard : Dans ta chambre à la maison, as-tu des posters de joueurs et joueuses de foot ? Ce sont lesquels ?

         Lola : Dans ma chambre, j’ai plein de posters de Pogba. C’est partout. Il n’ya que lui, pas d’autres joueurs.

Gaspard : Lola, lorsque tu ne viens pas au foot ou ne vas pas au collège, qu’est-ce que tu fais le reste du temps ? Te promener avec des copines à St-Benoît ? Faire des jeux vidéo ? Pratiquer la pêche au bord du Miosson ? Rester à la maison ? Sinon quoi d’autre ?

         Lola : (Lola rigole d’abord de pratiquer la pêche au bord du Miosson). Non, je ne fais pas la pêche. A la maison je cuisine en faisant des gâteaux. Je regarde aussi la vidéo. Parfois je me promène avec des copines aux Trois Cités.

Gaspard : Encore merci ma petite Lola d’avoir accepté cet entretien avec moi. D’abord cette interview m’a permis de te connaître un peu plus. Parce que je ne connaissais pas beaucoup de choses sur toi, ni même de ta famille. Tu es dans une école de foot féminine fabuleuse. Et tu fais partie d’une nouvelle génération en qui je ne peux que garder espoir pour faire partie de la future élite de Poitiers 3 Cités. Sauf si tu me décevais en abandonnant le foot. Continues de venir t’améliorer aux entraînements. Maintenant que j’ai appris à te connaître, je viendrais voir ton évolution et je serais un de tes premiers supporters, mis à part Maman Magalie et Papy Jean Caillaud. Gardes-bien ta bonne mine qui te fait admirer par tout le monde. Avant de te quitter pour cette interview, est-ce que tu as de petits messages à tes copines du foot, tes amies du collège, à tes parents et grands parents qui t’accompagnent au foot ?

         Lola : D’abord merci à toutes les filles de mon équipe de foot. Ensuite à mes copains et copines du collège Ronsard, je leur adresse un coucou. Merci à mes parents et à mon papy Jean qui viennent me voir jouer et m’encourager. Merci aussi à toi Gaspard pour cette interview.

Gaspard : Lola, merci de m’avoir permis de te connaître à travers ton sourire et tes réponses de cet entretien. Je vais te libérer pour regagner tes copines qui t’attendent en bas du Local pour une séance spéciale. Encore merci et on se reverra.

 

Interview réalisée le 4 Avril 2018

Gaspard NTSIKA

Partager sur

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Participer au site : news photo video
avatar Se connecter