ECHOS DES STADES COUPE FEMININE NOUVELLE-AQUITAINE : ELIMINATION EN DEMI-FINALE

2018-2019
News
ECHOS DES STADES COUPE FEMININE NOUVELLE-AQUITAINE : ELIMINATION EN DEMI-FINALE

Publié il y a 1 mois par

ECHOS DES STADES  COUPE FEMININE NOUVELLE-AQUITAINE : ELIMINATION EN DEMI-FINALE

Poitiers 3 Cités a été sorti de la Coupe Féminine Nouvelle-Aquitaine. Après avoir difficilement éliminé Niort en quart de finale grâce à l’épreuve des tirs aux buts, les Poitevines sont tombées sur plus fortes qu’elles en demi-finale. Au stade Gaboreau, elles ont perdu au score sans appel de 9 buts à 0 face aux Girondines de Bordeaux 2. Elles n’ont pas à rougir de ce score, tant la différence de niveau entre les deux équipes a été palpable. Face à des «professionnelles» aguerries, la tâche a donc été difficile pour Poitiers 3 Cités. Un retour sur cette demi-finale vaut la peine, au moins pour en tirer quelques leçons. Et pour l’Histoire !

         Aziz Masrour le coach poitevin a aligné l’équipe suivante : gardienne (Karen Lhommedet), défenseures (Carine Prévost, Angélique Chaigneault, Djenaba Camara, Nadège Raboisson), milieu de terrain (Mathylde Allais, Célie Gautier, Cyndie Ballu, Tiphaine Chaigneau), attaquantes (Astrid Audoux, Orane Croizard), remplaçantes (Vanessa Majo, Cindy Louemba, Félicie Priou).

Ce dimanche 19 Mai au stade Gaboreau, il y’a eu beaucoup de monde : des passionnés du foot de tous pédigrées. L’animation a aussi été au rendez-vous, avec notamment les «djembés» aux rythmes improvisés par Kevin Taho, Nour Nouh Nouh et Etienne Laré. A l’autre bout du stade, la musique moderne sortant des enceintes «bluetooth» de Salim Edayel a également égayé les spectateurs. En tous cas pour une demi-finale de prestige à domicile, annoncée sur les réseaux sociaux, il a été comme la fête au village.

         Juste 13 secondes après le coup d’envoi du match, Poitiers a été cueilli à froid en encaissant un but. C’est que Karen Lhommedet encore froide a été simplement lobée. A ce début de la rencontre, les Poitevines ne se sont pas laissées abattre, ni se sentir battues. Elles ont mis de l’énergie pour espérer rattraper leur retard. Ainsi à la 3è minute, un centre-tir d’Astrid Audoux n’a trouvé que les gants de la gardienne bordelaise. Ensuite à la 5è minute, Tiphaine Chaigneau a raté d’égaliser après une bourde de la gardienne adverse. Puis à la 8è minute, le ballon tiré par Mathylde Allais a essuyé le montant. Le match a continué tambour battant, avec toutefois le rythme imposé par les Girondines. Pendant ce temps, la défense poitevine a été bien en place, avec notamment Nadège Raboisson et Djenaba Camara impériales dans l’axe défensif.

         Et pourtant à la 19è minute, Poitiers a craqué et encaissé un second but. Avec deux buts de retard, rien n’a été pour autant perdu. Poitiers a donc mis du jus dans son jeu. A l’image de Célie Gautier raclant comme à la louche pas mal de ballons, ou Astrid Audoux rapide tel un astéroïde plein d’énergie. Cependant à la 28è minute, Bordeaux a ajouté une couche en marquant un 3è but. En outre le ballon mal dégagé par Karen Lhommedet a trouvé le pied d’une Bordelaise l’utilisant à bon escient par un tir gagnant. A la 30è minute, il y’a eu un remplacement poitevin : sortie de Cyndie Ballu et entrée de Vanessa Majo. Deux minutes après ce changement, la portière poitevine a été encore à rude épreuve. Un tir vicieux et biaisé a failli la surprendre si le ballon n’avait pas été repoussé par le poteau. Peu après, il n’a pas suffi plusieurs minutes de répit poitevin avant que les Bordelaises n’enfoncent bien le clou. D’abord par un 4è but à la 37è minute sur un malentendu en défense poitevine. Puis à la 39è minute, Karen Lhommedet qui a réussi de détourner le ballon n’a pas eu de chance sur le corner consécutif. Un coup de tête a permettant à Bordeaux de mener par 5 buts à 0.

         Cette fois, la pilule a été difficile à avaler. Les Poitevines ont semblé baisser les bras. Dans de telles conditions mentales, Bordeaux en a profité pour marquer un 6è but à la 42è minute, par un tir n’ayant laissé aucune chance à la gardienne poitevine et sa défense. Tout de suite à la 43è minute, Mathylde Allais a cédé sa place à Cyndie Ballu. La petite technicienne poitevine n’a pas eu le temps d’animer le milieu de terrain envahi par la horde bordelaise. Peu avant la mi-temps, à la 44è minute, on a cru que le coup franc tiré par Tiphaine Chaigneau allait réduire le score et donner du baume au cœur des Poitevines. Mais le ballon qui a refusé d’entrer n’a qu’effleuré le montant. Au score de 6 buts à 0 à la mi-temps, la «remontada» a été impossible à envisager, d’autant que les occasions poitevines se sont comptées du bout des doigts.

         A presque 1 minute 30 de la reprise, le coup de tête encanaillé de Cyndie Ballu a failli faire «tilt» si le ballon avait été bien ajusté. Bordeaux reprenant le jeu en son compte a marqué un 7è but à la 50è minute, lors d’un cafouillage dans la surface poitevine. A la 53è minute, Carine Prévost est sortie, laissant sa place à la jeune Félicie Priou toute feu toute flamme. Et à la 57è minute, il a été le tour de Cindy Louemba pour remplacer Célie Gautier. Sitôt entrée, l’attaquante poitevine revenant d’une longue blessure s’est mise en exergue par ses accélérations légendaires. Mais c’était comme des coups d’épée dans l’eau face à une défense ne voulant céder aucun espace d’expression à l’adversaire. A la 61è minute, Bordeaux a même inscrit un 8è but, enfonçant Poitiers dans la désillusion. A ce moment, les «djembés» avaient cessé de résonner. Seules les enceintes «bluetooth» ont continué de cracher des décibels dans l’air.

         Pour ne pas être humilié d’avantage, Poitiers a continué de résister à la grande artillerie bordelaise. Le public poitevin ne s’y étant pas trompé a encouragé son équipe et aurait souhaité au moins un but pour sauver l’honneur. A la 76è minute, Astrid Audoux qui a ravalé plusieurs kilomètres au cours de ce match aurait pu marquer un but, si son ballon n’avait pas été trop croisé. Cyndie Ballu est sortie à la 80è minute, remplacée par Mathylde Allais. A la minute qui a suivi son entrée, Allais a envoyé le ballon à Vanessa Majo, laquelle a raté de la tête. Toujours dans l’ivresse de leur domination sans partage, les Bordelaises ont marqué un 9è but à la 84è minute, après une sortie ratée de Karen Lhommedet.

         Aziz Masrour l’air zen, a effectué deux remplacements en deux minutes : sortie de Nadège Raboisson et entrée de Carine Prévost (85è minute), puis entrée de Nadège Raboisson et sortie de Félicie Priou. Les Poitevines n’ayant plus rien à perdre ont mieux joué qu’auparavant, tout en continuant de subir la loi imposée par les Bordelaises. Comme si cette large avance n’avait pas suffi à les qualifier en finale, à ce moment du match. Et vers la fin d’un match inégal, on a cru que Cindy Louemba et Astrid Audoux à la pointe de l’attaque arriveraient enfin à marquer au moins un but. En vain, car les Bordelaises n’ont laissé aucune parcelle d’espoir aux Poitevines. Lorsque la fin du match a été enfin sifflée, marquant la fin du calvaire, les Poitevines et leur public n’ont montré aucun remord, comme si c’était dans la logique des choses.

         Poitiers 3 Cités a perdu par 9 buts à 0 face aux Girondines de Bordeaux et raté la finale de cette Coupe Féminine Nouvelle-Aquitaine. Parce que le jeu a été inégal face à une équipe d’une autre constellation. Comme la saison passée à Limoges, Poitiers 3 Cités a donc été stoppé en demi-finale. La présente saison se termine ainsi pour les filles qui ont tout de même réalisé un parcours honorable. Le temps est désormais aux vacances et au repos bien mérité. Ce serait aussi certainement le moment de réflexion en vue de la saison prochaine. On souhaite que Poitiers 3 Cités continue d’être le club féminin-phare dans la sous-région. Comme on dit, «qui veut aller loin ménage sa monture».  

21 Mai 2019

Gaspard NTSIKA


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter