ECHOS DES STADES PRECIEUSE VICTOIRE SUR CHASSENEUIL

2019-2020
News
ECHOS DES STADES PRECIEUSE VICTOIRE SUR CHASSENEUIL

Publié il y a 6 jours par

ECHOS DES STADES  PRECIEUSE VICTOIRE SUR CHASSENEUIL

Lors de la 3è journée de championnat D1, Poitiers 3 Cités a accueilli et cueilli l’entente Chasseneuil/St-Georges au stade Gaboreau. Il a gagné par 4 buts à 2, non sans douleur. Après avoir trébuché au bord de l’Envigne à Lencloître, les Poitevins ont relevé la tête à domicile. Une petite bouffée d’oxygène avant que les blessés sortent de l’infirmerie et retrouvent leur capacité de nuisance. Résumé d’un match au cours duquel Chasseneuil/St-Georges n’a pas démérité malgré sa défaite.

         L’équipe de Poitiers 3 Cités a compté sur les joueurs suivants : gardien (Sourakhata Dembelé), défenseurs (Zaïdou Baou, Sydia Diaby, Ludovic Lanou, Kerfala Camara), milieu de terrain (Daniel Roine, Mohamed Cissé, Roland Kabongo, Eric Gogbeu), attaquants (Joseph Mangangu, Oussama Boussaha), remplaçants (Saindou Inzouddine, Mamadi Dansoko, Issiaga Bah). L’équipe 3 a joué en lever de rideau contre Poitiers Baroc dans un derby se terminant par un match nul (2-2). Pour cela, il y’a eu beaucoup de monde au stade Gaboreau, sous un temps automnal.

         Sitôt le match commencé, Chasseneuil/St-Georges a tenté d’intimider Poitiers 3 Cités par la précision de leurs passes. Mais pas pour inquiéter Dembelé le portier poitevin. Pourtant à la 10è minute, les Chasseneuillais ont marqué un but sur un coup franc. Un manque de communication entre Dembelé et ses défenseurs a puni les Poitevins. La réplique ne s’est pas fait attendre, car une minute après, Chasseneuil/St-Georges a déchanté. Oussama Boussaha, après le débordement et le centre d’Eric Gogbeu, a effacé le dernier défenseur, fixé le gardien et mis un plat de pied égalisateur. Boussaha Oussama a alors semblé être l’homme le plus fier et le plus heureux du monde. Deux minutes plus tard, le même Oussama euphorique aurait pu faire encore mal si sa talonnade n’avait pas été hasardeuse.

         Le match a continué dans un équilibre relatif pendant plusieurs minutes, au cours desquelles Chasseneuil/St-Georges a continué de bien faire circuler le ballon en largeur, et pas vraiment en profondeur. Au contraire, Poitiers 3 Cités a été préférentiellement porté vers l’attaque, sans toutefois concrétiser ses occasions. Comme celle-ci à la 34è minute où le tir de Daniel Roine aurait pu faire mouche si le ballon n’avait pas rencontré un coin de la barre transversale. Partie remise pour Poitiers 3 Cités, puisque à la 39è minute, Joseph Mangangu d’un lobe acrobatique a inscrit le 2è but poitevin. Les Chasseneuillais ont accusé le coup, anéantis face à la détermination poitevine. Ils ont tenté de relever la tête ; mais Kerfala Camara (dur comme du roc) et les siens en défense ne leur ont laissé aucune miette d’espoir. D’ailleurs pour confirmer la domination poitevine, Mohamed Cissé tel un électron libre dans un nuage moléculaire a enfoncé le clou d’une reprise magistrale, marquant alors le 3è but à la 42è minute, après le centre tendu d’Eric Gogbeu. Comme quoi ce Gogbeu qui beugle parfois comme un veau peut-être d’une utilité fertile, lorsqu’il déborde et centre ses ballons. La mi-temps est intervenue peu après avec cette avance de 3 buts à 1 pour Poitiers 3 Cités.

         A la reprise, le jeu n’a pas changé de configuration. Poitiers 3 Cités a continué de pilonner le camp de Chasseneuil/St-Georges tapis à la défensive. Le match a été très engagé comme si tous les coups étaient permis. Ce n’est pas pour rien qu’à la 52è minute, Joseph Mangangu a écopé d’un carton jaune. Le Coach Simon Faye a tout de suite effectué un double changement : sortie de Joseph Mangangu et Eric Gogbeu, entrée de Mamadi Dansoko et Issiaga Bah. Malgré le changement et sa relative domination, Poitiers 3 Cités n’a pas retrouvé le chemin du but. Puis à la 60è minute, un attaquant a remplacé un autre : sortie d’Oussama Boussaha et entrée de Joseph Mangangu s’étant calmé. Peu de minutes après son entrée, Joseph Mangangu a encore frappé. Il a marqué le 4è but à la 64è minute, après une passe inspirée d’Issiaga Bah. Il a célébré son doublé de façon artistique, par une danse particulière que lui-même connaît la symbolique. En un élan de joie débordante, Ludovic Lanou aurait pu casser la colonne vertébrale du buteur. Le Mangangu a encore eu une occasion devant clouer Chasseneuil/St-Georges ; mais sa maladresse devant le gardien adverse l’en a empêché. Quant au petit artiste Issiaga Bah, il a été mal en point, souffrant de la poitrine. Avant de sortir, il a eu une «biscotte» de l’arbitre qui lui a cru retarder le jeu.

         Chasseneuil/St-Georges n’a pas alors manqué de velléité offensive afin de rattraper son retard. Ainsi à la 66è minute, Dembelé a d’abord sauvé son camp par un arrêt en deux temps. Ce ne sera pas le cas à la 68è minute où Boli Inzouddine laissant trop d’espace a vu un attaquant chasseneuillais placer un centre entrant. Le ballon qui a trompé Dembelé finira sa course au fond des filets, dans un angle pourtant fermé. Le centre sans doute raté a été payant pour Chasseneuil/St-Georges qui a marqué le 2è but : un but qui lui a donné du zèle et des ailes. Poitiers 3 Cités averti a voulu préserver ce score, sinon accentuer son avance au cours d’une partie devenue de plus en plus hachée. Les Poitevins ont encaissé plus de cartons jaunes que les Chasseneuilais, dont celui de Daniel Roine aux tacles de «laboureur» et à la relance propre. Ce Dany Roine a joué un rôle de récupérateur impénitent ayant dégoûté bien de Chasseneuilais. Malgré les derniers changements opérés par le Coach Simon Faye, dont celui de Mamadi Dansoko alias «Bousquet» blessé convalescent, ou d’Issiaga Bah dit «Siaga» aussi sorti d’une blessure, rien n’est venu modifier le score.

         La fin du match a été sifflée au score de 4 buts à 2 au bénéfice de Poitiers 3 Cités. Les Poitevins ont réalisé un match remarquable au cours duquel le réalisme a été de leur côte. C’est une victoire célébrée avec faste dans le vestiaire, faisant du bien à une équipe amputée de plusieurs étalons, et non des moindres. On espère que les blessés retrouveront bientôt leur bonne forme et apporteront du dynamisme au service d’un groupe se voulant compétitif.

 

7 Octobre 2019

Gaspard NTSIKA


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter