Entente Sportive Des Trois Cités


< | >

ECHOS DES STADES COUPE DE FRANCE : A NOUS LES MAILLOTS !

Publié le 23 septembre 2020 par

ECHOS DES STADES  COUPE DE FRANCE : A NOUS LES MAILLOTS !

Poitiers 3 Cités (D1) a éliminé Cerizay (R3) de la Coupe de France ce dimanche 20 Septembre au stade Gaboreau, par le score de 4 buts à 2. Après avoir terrassé successivement Terves et Gati-Foot, Cerizay a été la dernière victime des Deux-Sèvres. Même si l’ambition n’est pas de terminer cette coupe au Stade de France, les Poitevins de Poitiers 3 Cités sont au moins assurés d’avoir des maillots de la Coupe de France au prochain tour. Ils espèrent rencontrer un gros gibier, de préférence des bocages. Ce dernier match sera une référence cette saison, où les Poitevins ont été solides autant défensivement qu’offensivement, face une équipe de Cerizay bien blindée et au jeu limpide.

         Poitiers 3 Cités a compté sur les joueurs suivants : gardien (Sourakhata Dembelé), défenseurs (Kevin Taho, Saindou Inzouddine, Ludovic Lanou, Wocjiekh Slazyk), milieu de terrain (Starkie Andelie, Mohamed Cissé, Souleymane Diané), attaquants (Samuel Gboho, Marco Lontsi, Joseph Mangangu), remplaçants (David Gboho, Sekou Guidjira, Cyril Mériguet, Justin Biya Pirès). Même s’il a été clément dans le ciel du quartier, le temps a semblé menaçant. On ne saurait dire le nombre de spectateurs venus à la fête. En tous cas ils ont été nombreux, accoudés aux mains courantes, agglutinés à la buvette ou perchés comme des corbeaux sur le talus, tous portant bien sûr leurs masques. Un point du protocole COVID-19 que Nadine Guillon-Pedros a su bien faire respecter.

Sitôt que le début du match a été sifflé par Madame Morgan Chignard, Poitiers 3 Cités a sorti ses griffes et poussé Cerizay à la défensive. A la 4è minute, le jeune Samuel Gboho a ouvert le score sur une passe dorée de Joseph Mangangu. Cerizay a accusé le coup et n’a pas su à quelle sauce il serait mangé. Pour autant, la partie s’est équilibrée un peu tard. Mais Poitiers 3 Cités avide d’enfoncer le clou a eu quelques occasions qui auraient pu faire mal à Cerizay. Comme à la 22è minute après le corner de Momo Cissé, où le tir rageur de Marco Lontsi a été détourné en corner par le gardien adverse.

                  Cerizay a repris un peu du poil de la bête. L’équipe deux-sévrienne s’est en outre distinguée par ses passes aériennes transversales et précises. Mais que faire face à une défense poitevine dont Wocjiekh Slazyk alias «Boenteng» et ses compères ont muré la cage du portier Dembelé ? Pourtant à la 32è minute, le tir d’un attaquant cérizéen aurait pu faire mouche si Dembelé n’avait pas détourné le ballon en une parade spectaculaire. Poitiers 3 Cités n’a pas perdu espoir dans ce match devenu équilibré. A la 36è minute, le centre de Marco Lontsi a trouvé Joseph Mangangu reprenant le ballon d’une reprise acrobatique. Mais le ballon est passé in extremis au-dessus de la barre transversale. On ne saurait imaginer comment ce Mangangu célébrerait son but qui serait d’anthologie.

         Malgré des assauts timides de Cerizay, ce sont les Poitevins qui ont eu progressivement de l’ascendant. Les incursions de Momo Cissé, Marco Lontsi, Joseph Mangangu et Samuel Gboho, voire les débordements de Kevin Taho, ont sans nul doute inquiété Cerizay. L’occasion la plus nette a été à la 42è minute, avec la pénétration de Starkie Andelie «Machine» qui aurait pu donner encore de l’avance à son équipe. Starkie alias «Machine», comme une machine emballée, a slalomé dans la défense adverse avant un tir malheureusement capté par le gardien cérizéen. Au bout du rouleau, «Machine» n’a pas pu bien placer le ballon. Le match s’est poursuivi sans autre but jusqu’à la mi-temps.

         Dans le vestiaire, le coach Roland Kabongo dressé sur ses béquilles, a mis en garde ses joueurs et a de nouveau expliqué la place et le rôle de chacun. On ne saura dire ce qui s’est passé dans la chapelle de Cerizay. Au début de la 2è mi-temps, Marco Lontsi a été remplacé par David Gboho. Lorsque le match a repris, le frère jumeau Gboho s’est mis en vue. A la 46è minute, le tir de David est passé de peu à côté. Les Cérizéens quant à eux sont revenus sur le terrain avec de bonnes intentions. Ce n’est pas sans raison qu’à la 47è minute ils ont égalisé, dégonflant la joie des Poitevins. En effet, un attaquant cérizéen lancé comme une flèche a eu raison de la défense de Poitiers 3 Cités et crucifié Dembelé. Dès lors, le match a été relancé et s’est même corsé. A la 56è minute, Marco Lontsi a écopé d’un carton jaune après un geste dangereux à l’endroit d’un joueur adverse.

         Poitiers 3 Cités devenu dominateur a eu la folie des grandeurs. Pour preuve à la 59è minute, David Gboho a inscrit le 2è but poitevin d’un tir foudroyant dont le portier cérizéen n’aura sans doute vu que du feu. Soulés par ce but, les Poitevins ont peu de temps célébré un autre but. C’est que le même David Gboho a encore frappé à la 61è minute, en inscrivant le 3è but poitevin et donc son doublé. Après une combinaison faite de Starkie Machine, Souley Diané et Marco Lontsi, le jeune David a été à la conclusion d’une série de passes qu’on aimerait toujours voir. A ce moment du match, le moral des Cérizéens a été en berne, malgré les encouragements de leur coach. Cerizay a néanmoins eu quelques occasions de réduire l’écart, mais sans succès. Les Poitevins aussi n’ont pas manqué d’occasions pour décourager Cerizay. Comme celle-là, d’une longue passe transversale et millimétrée de Samuel Gboho sur Momo Cissé. Dommage que le tir de ce dernier ait catapulté le ballon dans les airs.

         Les deux équipes ont continué de se rendre coup pour coup. A la 66è minute le tir d’un attaquant cérizéen a été détourné en corner par Dembelé. Deux corners successifs ont eu lieu, créant un cafouillage dans la surface poitevine. Le portier poitevin a mis fin à cette série dangereuse en captant sec le ballon et en relançant son attaque. Marco Lontsi est sorti à la 68è minute, bien éprouvé physiquement et nerveusement. Cyril Mériguet un grain de regard «zen» est entré à sa place. Puis à la 75è minute, Sékou Guidjira a remplacé Samuel Gboho souffrant de crampe. Momo Cissé visiblement énervé a écopé d’une «biscotte» à la 77è minute. Une bataille de tranchées s’est de nouveau engagée entre les deux équipes : Cerizay voulant rattraper son retard et Poitiers 3 Cités défendant ferme son bifteck.

         A la 85è minute, Cyril Mériguet a réduit les chances de Cerizay, en inscrivant la 4è but poitevin. Après un centre de Souley Diané, Cyril le «titi» du quartier a abusé des défenseurs cérizéens par de petits dribbles «sucrés» en zone réduite, avant de tirer et de battre le gardien adverse. Le break poitevin a sans nul doute été fait ; mais Cerizay a semblé ne pas plier. L’équipe deux-sévrienne l’a fait en marquant le 2è but. A ce moment du match, le moral des Cérizéens a monté d’un cran. Dès lors s’est engagé un véritable combat de coqs : les Cérizéens voulant réaliser un miracle au stade Gaboreau et les Poitevins défendant bec et ongles leur avance. Pendant ce temps, les blessures se sont multipliées, laissant des traces. Au fil des minutes s’écoulant goutte à goutte, les Deux-Sévriens ont vu leur chance de qualification s’évaporer. Même au bout des 5 minutes supplémentaires accordées par l’arbitre centrale du match, les Cérizéens ont cru jusqu’à la dernière seconde être à la «Cour des Miracles».

         Lorsque la fin du match a été signifiée, les Poitevins ont exulté d’avoir traversé une nouvelle étape en Coupe de France, en gagnant Cerizay par 4 buts à 2. Une victoire méritée et bien exprimée dans le vestiaire. Les Poitevins sont assurés d’avoir des maillots de la Coupe de France au 4è tour. Ils attendent de pied ferme le prochain adversaire, de préférence une équipe des Deux-Sèvres. Car Poitiers 3 Cités est en passe d’être la bête noire des redoutables équipes des bocages. Alors, pourquoi ne pas espérer à un autre jeu de maillots !

22 Septembre 2020

Gaspard NTSIKA

 

Photos associées

3ème tour CDF 2020-2021

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Envie de participer ?